Rechercher

Le Hamas condamne à mort 6 hommes pour « collaboration » avec Israël

Le groupe terroriste a jugé "un certain nombre d'informateurs, dont six ont été condamnés à mort, d'autres à des peines de prison à vie, des travaux forcés et un acquittement"

Des enfants devant les militants du Hamas lors d'un défilé en hommage à Bassem Issa, commandant du groupe terroriste qui a été tué par l'armée israélienne avant le cessez-le-feu qui a mis un terme au conflit de onze jours entre Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza, le 22 mai 2021. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)
Des enfants devant les militants du Hamas lors d'un défilé en hommage à Bassem Issa, commandant du groupe terroriste qui a été tué par l'armée israélienne avant le cessez-le-feu qui a mis un terme au conflit de onze jours entre Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza, le 22 mai 2021. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)

Le groupe terroriste islamiste du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé jeudi avoir condamné à mort six hommes accusés de « collaboration » avec Israël, selon un communiqué du mouvement islamiste.

Le tribunal militaire du Hamas a affirmé avoir jugé « un certain nombre d’informateurs, dont six ont été condamnés à mort, d’autres à des peines de prison à vie, des travaux forcés et un acquittement ».

En 2018, six personnes dont une femme avaient été condamnées par le Hamas à la pendaison pour « collaboration » avec Israël et l’année précédente, trois autres personnes avaient été pendues après voir été reconnues coupables de l’assassinat d’un commandant du mouvement islamiste.

Le Hamas a affirmé jeudi que les « collaborateurs » qui se rendraient aux autorités bénéficieront de sanctions plus clémentes et que le tribunal avait « suivi les procédures légales ».

La loi palestinienne requiert l’approbation du président de l’Autorité palestinienne pour des peines de mort mais le Hamas à Gaza n’en tient pas du tout compte.

Des organisations de défense des droits humains, à Gaza ont appelé le Hamas à réduire les condamnations à des peines de mort.

le Centre Al-Mezan pour les droits humains, basé à Gaza a dénoncé au début du mois « les incessantes condamnations à mort de la justice militaire » dans l’enclave palestinienne.

En 2005, l’armée israélienne s’était retirée unilatéralement de Gaza avant d’imposer un blocus terrestre, aérien et maritime, renforcé en 2007 lorsque le Hamas a chassé du pouvoir, au terme de combats fratricides, le Fatah de Mahmoud Abbas.

Depuis, le Hamas et Israël se sont affrontés dans quatre guerres (2008, 2012, 2014 et 2021).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...