Le Hamas construit une zone tampon à la frontière entre Gaza et l’Egypte
Rechercher

Le Hamas construit une zone tampon à la frontière entre Gaza et l’Egypte

La “zone militaire fermée” sera large de 100 mètres et s'étendra sur 12 km ; le groupe terroriste espère ainsi améliorer ses relations avec Le Caire

Garde-frontières égyptiens en patrouille près de Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 28 juin 2017. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Garde-frontières égyptiens en patrouille près de Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 28 juin 2017. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Le Hamas, groupe au pouvoir dans la bande de Gaza, a entamé mercredi la construction d’une nouvelle zone tampon le long de la frontière sud avec l’Egypte, alors que le mouvement terroriste cherche à améliorer ses liens avec Le Caire.

Cette « zone de sécurité » large de 100 mètres s’étendra sur 12 kilomètres le long de la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, et sera équipée de caméras de surveillance et de postes militaires, ont indiqué des responsables.

« Ce sera une zone militaire fermée et il sera donc plus facile de surveiller la frontière et d’empêcher le trafic de drogue et les infiltrations », a déclaré à l’AFP le vice-ministre de l’Intérieur du Hamas, Tawfiq Abou Naïm.

Des bulldozers devaient démolir une série de maisons et de constructions le long de la frontière.

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi, lors de son discours à l'assemblée générale de l'ONU. (Crédit : capture d'écran Youtube/RT)
L’ancien président égyptien Mohamed Morsi, lors de son discours à l’assemblée générale de l’ONU. (Crédit : capture d’écran Youtube/RT)

Les relations entre le Hamas et l’Egypte sont tendues depuis le renversement en 2013 de l’ancien président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans.

L’actuel gouvernement égyptien, dirigé par l’ancien chef militaire Abdel Fatah el-Sissi, a fermé des centaines de tunnels de contrebande le long de la frontière et a accusé le Hamas de soutenir les islamistes radicaux en Egypte, y compris près de la frontière.

Le Caire a presque entièrement fermé la frontière entre l’Egypte et Gaza, ce qui a contribué à l’isolement du territoire palestinien sous blocus israélien depuis une décennie.

Ces derniers mois, les relations entre Gaza et Le Caire ont toutefois connu un léger réchauffement.

La semaine dernière, l’Egypte a commencé à délivrer un million de litre de carburant aux deux millions de Gazaouis, qui ne disposent que de quelques heures de courant par jour.

Des camions égyptiens apportent du carburant dans la bande de Gaza par le terminal de Rafah, le 21 juin 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des camions égyptiens apportent du carburant dans la bande de Gaza par le terminal de Rafah, le 21 juin 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Cette livraison intervenait deux jours après qu’Israël a réduit ses livraisons d’électricité à Gaza à la demande de l’Autorité palestinienne du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui refusait de régler la facture d’électricité de la bande de Gaza.

Une délégation du Hamas s’est récemment rendue au Caire pour évoquer avec des responsables égyptiens la sécurité à la frontière ainsi que la situation humanitaire dans l’enclave.

La construction de la zone tampon « intervient dans ce contexte, après cette visite productive », a assuré Abou Naïm.

En avril 2016, le Hamas a mis en place des dizaines de nouveaux postes frontières dans le but d’améliorer ses relations avec l’Egypte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...