Le Hamas publie une vidéo du terroriste du bus de Jérusalem en treillis
Rechercher

Le Hamas publie une vidéo du terroriste du bus de Jérusalem en treillis

Le groupe terroriste palestinien évite toujours de revendiquer directement l’attaque de la semaine dernière

Photo non datée de l'homme identifiée par le Hamas comme Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, terroriste responsable de l'explosion du bus 12 à Jérusalem le 18 avril. Il est décédé de ses blessures le 20 avril 2016. (Crédit : autorisation)
Photo non datée de l'homme identifiée par le Hamas comme Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, terroriste responsable de l'explosion du bus 12 à Jérusalem le 18 avril. Il est décédé de ses blessures le 20 avril 2016. (Crédit : autorisation)

La Hamas a publié dimanche une vidéo montrant le terroriste qui a placé une bombe dans un bus à Jérusalem la semaine dernière pendant qu’il rendait une visite de condoléance à un membre de sa famille avec un treillis militaire et un bandeau du Hamas sur la tête.

Le terroriste, qui a placé l’engin explosif à bord du bus 12 dans le quartier de Talpiot de la capitale le 18 avril, a été identifié par le service de sécurité du Shin Bet comme Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, originaire de Beit Jala, près de Bethléem en Cisjordanie.

Srour était l’une des 21 personnes blessées dans l’attaque. Il a été grièvement blessé et est mort de ses blessures mercredi dernier. Le Shin Bet a déclaré que l’attaque était un attentat-suicide organisé par le Hamas. Le service de sécurité a dit avoir arrêté plusieurs membres d’une cellule du Hamas en Cisjordanie qui sont suspectés d’être impliqués dans l’explosion.

Même si le groupe terroriste a admis que Srour était l’un de ses membres, il n’a pas revendiqué directement la responsabilité de l’explosion du bus de Jérusalem. Selon la Deuxième chaîne, le Hamas s’est même donné du mal suite à l’attaque pour contacter les médias palestiniens qui avaient annoncé qu’il l’avait revendiquée pour leur demander de rétracter leurs articles.

Dans la vidéo publiée dimanche par la Deuxième chaîne, Srour, masqué, est montré dans un passage tourné trois mois auparavant avec d’autres membres du Hamas en train de prononcer un discours. La scène se déroule pendant un moment de deuil pour un membre de la famille qui n’a pas été identifié dans le reportage.

Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, de Beit Jala, le terroriste du bus 12 de Jérusalem, est montré en treillis pendant une visite de condoléance à un membre de sa famille dans cette vidéo publiée le 24 avril 2016 par le Hamas. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, de Beit Jala, le terroriste du bus 12 de Jérusalem, est montré en treillis pendant une visite de condoléance à un membre de sa famille dans cette vidéo publiée le 24 avril 2016 par le Hamas. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

La vidéo comprenait aussi des images d’hommes masqués du Hamas visitant la tente de deuil d’une femme dans la maison familiale des Srour, embrassant tour à tour la tête de la mère de Srour.

Selon le reportage, les membres du Hamas avaient été exclus de la section des hommes après avoir été accusé de la mort de Srour. L’incident n’était pas visible dans la vidéo.

Samedi, le dirigeant du Hamas à Gaza, Ismail Haniyeh, a appelé la famille Srour pour lui présenter ses condoléances, leur disant que le « sang des martyrs est un phare pour ceux qui s’avancent sur la voie de la libération », selon le site internet officiel du Hamas.

L’explosion du bus de Jérusalem a marqué le premier attentat-suicide dans une vague de terrorisme palestinien qui a commencé en octobre dernier. Jusqu’à présent, les attaques (au couteau, à main armée et à la voiture bélier) avaient été qualifiées d’incidents déclenchés par des « loups solitaires ». Le Hamas encourageait les attaques contre les Israéliens, et plusieurs complots auraient été contrecarrés par les forces de sécurité.

Srour était originaire d’un clan connu de Bethléem, dont certains membres ont un passé lié au terrorisme et à la violence contre Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...