Le Hassid poignardé dans le cou attribue son héroïsme à Dieu
Rechercher
Le père de cinq enfants a servi dans l’armée… dans une unité non combattante. Il étudie à plein temps. Il ne fait pas de sport.

Le Hassid poignardé dans le cou attribue son héroïsme à Dieu

Yonatan Azriaev distribuait des brochures intitulées “Vous réussirez” mardi quand il a été poignardé à plusieurs reprises par un terroriste palestinien. Il s’attendait à mourir, mais voulait essayer de sauver les autres. Il a retiré la lame de son propre cou, et s’est battu

Yonatan Azriaev se remet de ses blessures à l'hôpital de Petah Tikva, le 10 mars 2016. (Crédit : Ben Sales, via JTA)
Yonatan Azriaev se remet de ses blessures à l'hôpital de Petah Tikva, le 10 mars 2016. (Crédit : Ben Sales, via JTA)

PETAH TIKVA, Israël (JTA) – Ce n’est qu’après avoir attrapé le bras du terroriste et l’avoir jeté contre un mur de boissons que Yonatan Azriaev a pensé qu’il était sur le point de mourir.

Azriev, membre de la communauté hassidique Breslev, distribuait des brochures religieuses dans un marché ouvert quand il est entré mardi dans un magasin vers 16h00, espérant en donner un au caissier. Ensuite il a senti la lame transpercer son dos et ses épaules.

Ayant l’impression d’avoir été poignardé, Azriaev a déclaré qu’il pensait qu’il était attaqué par quelqu’un qui haïssait les religieux. Mais ensuite le propriétaire du magasin a commencé à crier : « C’est un terroriste ! C’est un terroriste ! ».

Réalisant qu’il avait été poignardé, Azriaev dit qu’il a suivi son instinct. Il a pivoté, attrapé l’attaquant par les bras, l’a balancé en rond – « comme vous le feriez avec un enfant », a-t-il expliqué – et l’a jeté contre le mur. Le terroriste est tombé sur le sol et Azriaev a réalisé qu’il saignait au cou.

Le couteau utilisé dans l'attaque de Petah Tikva, le 8 mars 2016. La victime a retiré le couteau de son cou et l'a utilisé pour poignarder son attaquant. (Crédit : police israélienne)
Le couteau utilisé dans l’attaque de Petah Tikva, le 8 mars 2016. La victime a retiré le couteau de son cou et l’a utilisé pour poignarder son attaquant. (Crédit : police israélienne)

« Je pensais que c’était fini, que je ne vivrais plus », a déclaré Azriaev à JTA jeudi pendant un entretien depuis son lit au centre médical Rabin, où il soigne ses blessures. « J’ai vu qu’il combattait quelqu’un d’autre. Quand j’ai vu ça, ai-je dit, ‘Je ne vivrais pas’. Alors, me suis-je dit, il ne devrait pas tuer plus de personnes. »

Après avoir poussé l’attaquant contre le mur, la mémoire d’Azriaev lui fait défaut et il ne se souvient pas de la suite. Certains des détails restent flous, mais l’histoire a émergé comme quelque chose sortant d’un film d’action.

Azriaev, saignant toujours de ses blessures, a sorti le couteau de son propre cou et poignardé son attaquant, qui est mort quelques minutes après. Selon un rapport, Azriaev avait initialement fui le magasin avant de retourner combattre son attaquant, mais la police israélienne a été incapable de confirmer cela, disant à JTA qu’une partie de l’incident avait eu lieu dans le magasin et une partie à l’extérieur.

La première chose dont se souvient Azriaev est de quitter le magasin et des premiers secours se précipitant pour l’aider. Il a été emmené à l’hôpital et devrait en sortir jeudi.

A son retour à la maison, Azriaev a déclaré qu’il prévoyait de reprendre sa mission dans la vie : distribuer des brochures.

« J’ai pensé que s’il y avait une chose qui pouvait me sauver, ce serait simplement que je continue à distribuer ces brochures, a-t-il déclaré. C’est pour ça que Dieu m’a sauvé. »

Homme robuste avec un visage calme englouti par une barbe poivre et sel, Azriaev, 35 ans, a passé les 16 dernières années à étudier la Torah. Il vit avec sa femme et ses cinq enfants à Yavniel, un village agricole de 4 000 personnes proche du lac de Tibériade, dans le nord d’Israël. Il a servi dans un poste non combattant au sein de l’armée israélienne. Il ne fait pas de sport.

Les secours évacuent la victime de l'attaque au couteau de Petah Tikva, le 8 mars 2016. (Crédit : Magen David Adom)
Les secours évacuent la victime de l’attaque au couteau de Petah Tikva, le 8 mars 2016. (Crédit : Magen David Adom)

Azriaev a rejoint le mouvement Breslev à 19 ans après avoir lu l’une de ses brochures. Aujourd’hui, il passe ses matinées à étudier la Torah et ses après-midis à voyager en Israël pour distribuer aux passants des brochures, qui tiennent dans une main, et contiennent des textes hassidiques. Mardi, il en distribuait une intitulée « Vous réussirez ».

L’histoire d’Azriaev était l’une des rares lumières dans un jour assombri par la tragédie. Deux attaques au couteau et une fusillade dans trois villes israéliennes ont fait 11 blessés et ont tué un touriste américain, Taylor Force.

Chaque jour, quand il quitte la maison et quand il rentre, Azriaev remercie Dieu de le garder entier et en bonne santé. Il ne prend pas de crédit pour avoir sauvé des vies mardi – pas même la sienne. Il ne sait toujours pas exactement comment il a fait, mais il dit que c’est Dieu, pas lui, qui mérite les louanges.

« Je remercie Dieu pour le miracle qu’il a fait pour moi, a déclaré Azriaev. Autant que quelqu’un puisse prendre soin de lui, ce n’est pas assez. Ce qui peut nous sauver est juste une courte prière à Dieu. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...