Le Hezbollah a ciblé des diplomates israéliens au Brésil en 1989
Rechercher

Le Hezbollah a ciblé des diplomates israéliens au Brésil en 1989

Le groupe terroriste prévoyait d’enlever des Israéliens au Brésil et à Sao Paulo, dévoilent des documents récemment déclassifiés

Hassan Nasrallah pendant la procession de l'Achoura à Beyrouth, le 3 novembre 2014. (Crédit : AFP/STR)
Hassan Nasrallah pendant la procession de l'Achoura à Beyrouth, le 3 novembre 2014. (Crédit : AFP/STR)

RIO DE JANEIRO – Le groupe terroriste du Hezbollah a envoyé des agents au Brésil pour mener des attaques contre les représentants diplomatiques d’Israël, selon des documents récemment déclassifiés.

Le plus grand pays d’Amérique latine a été ciblé au moins deux fois par le groupe terroriste libanais, le plus récemment en 1989, a annoncé samedi le journal Correio Braziliense.

Les agents du Hezbollah prévoyaient d’enlever des diplomates israéliens dans la capitale, Brasilia, et à Sao Paulo. L’information était réservée aux militaires et aux hauts responsables du Brésil et d’Israël jusqu’au mois dernier, où elle a été rendue publique.

En 1976, une alerte avait été envoyée par le gouvernement israélien à toutes ses missions diplomatiques et les forces armées du Brésil avaient renforcé la sécurité de l’ambassade israélienne.

Pour 1989, un rapport complet et détaillé, comprenant les noms et les photographies des suspects et les télégrammes originaux échangés entre Israël et le Brésil, est disponible. Au milieu de l’enquête, les policiers fédéraux du Brésil avaient conclu que l’un des terroristes présumés était dans le pays.

Un télégramme envoyé par le ministère brésilien des Affaires étrangères aux forces de sécurité le 16 août 1989 prévient qu’un terroriste du Hezbollah est « sur le point d’entrer dans le pays pour commettre une tentative [d’attaque] contre cette mission diplomatique et ses membres. »

Dans le même message, le ministère met en garde contre la présence d’un « autre terroriste » sur le sol brésilien, selon le journal.

Face à un tel scénario, le ministère a demandé un renforcement « urgent » de la sécurité de l’ambassade israélienne et des résidences de l’ambassadeur et de quatre diplomates israéliens.

Un mois après, une nouvelle alerte a été envoyée, avec les noms de quatre terroristes nommés par Israël comme les exécuteurs des projets du Hezbollah au Brésil. Selon Israël, le groupe terroriste comptait enlever le consul général du pays à Sao Paulo, ou n’importe quel autre diplomate vivant à Brasilia, pour tenter de négocier la libération de prisonniers du Hezbollah en Israël.

La recherche des suspects et le régime de sécurité autour de l’ambassade israélienne et de ses responsables ont duré un mois de plus, jusqu’à ce que les renseignements israéliens découvrent que les quatre terroristes présumés avaient quitté le Brésil pour une destination inconnue.

« C’est une vieille histoire qui repose dans le passé. Cependant, nous devons toujours être en alerte puisque le Hezbollah a des cellules dormantes en Amérique latine, où il existe de grandes communautés musulmanes chiites, et avec la récente arrivée de réfugiés syriens. Aujourd’hui, nous n’envoyons pas d’alerte, il n’y a pas besoin de paniquer, mais nous sommes toujours vigilants puisque les missions israéliennes ont une cible permanente », a déclaré à JTA Dori Goren, le consul israélien à Sao Paulo.

En préparation des Jeux olympiques de Rio 2016, le dirigeant de la fédération juive de Rio était très prudent.

« Il y a toujours une première fois, c’est arrivé deux fois en Argentine, et le Brésil ne sera pas nécessairement épargné », avait déclaré à JTA Paulo Maltz, en citant les attentas de 1992 à l’ambassade israélienne de Buenos Aires et en 1994 du centre communautaire AMIA de la même ville.

« Nous serons en alerte maximale », avait ajouté Maltz, qui a terminé son mandat en décembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...