Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Le Hezbollah continue d’attaquer le nord d’Israël ; Tsahal riposte

Ces représailles font suite au bombardement d'une localité du nord, et aux tirs de plusieurs roquettes visant des postes militaires le long de la frontière israélo-libanaise

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

De la fumée s'élevant après une frappe israélienne, sur une photo prise à la périphérie de la ville de Tair Harfa, dans le sud du Liban, le 2 décembre 2023. (Crédit : AFP)
De la fumée s'élevant après une frappe israélienne, sur une photo prise à la périphérie de la ville de Tair Harfa, dans le sud du Liban, le 2 décembre 2023. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne a frappé des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à des attaques contre le nord d’Israël samedi, un jour après l’expiration de la trêve de sept jours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Bien que le Hezbollah ne soit pas officiellement partie prenante de la trêve, il a cessé ses attaques au cours de la semaine de trêve, ce qui a conduit Israël à stopper également ses actions militaires, mais il a recommencé à attaquer le nord d’Israël après l’effondrement de la pause à Gaza.

Plus tôt dans la journée, deux mortiers ont été tirés depuis le Liban sur la communauté de Shomera, dans le nord du pays. Les deux projectiles ont atterri dans des zones ouvertes, sans faire de blessés.

Au cours de l’après-midi, plusieurs roquettes ont également été tirées sur des postes de l’armée le long de la frontière, a indiqué l’armée.

Dans les deux cas, Tsahal a déclaré avoir bombardé la source des tirs avec de l’artillerie. L’armée a également déclaré avoir mené des frappes aériennes contre des infrastructures terroristes dans le sud du Liban.

Le Hezbollah a revendiqué la responsabilité des attaques tout au long de la journée. Vendredi, le groupe terroriste chiite libanais a également lancé des attaques sur le nord alors que la guerre à Gaza reprenait.

L’armée a déclaré que des sirènes avaient retenti en Galilée dans la soirée.

Elles ont été activées en raison d’un hélicoptère de combat qui a abattu un drone militaire identifié comme ayant une défaillance technique.

Selon Tsahal, « l’interception a été effectuée de manière contrôlée et il n’y a pas de crainte d’un incident de sécurité ».

« L’alerte aux roquettes et aux missiles a été activée en raison de l’interception », a précisé Tsahal, alors que l’on craint la chute d’éclats d’obus.

Le mois dernier, un incident similaire s’est produit au-dessus de la Galilée, Tsahal ayant abattu l’un de ses propres drones qui avait un problème technique.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes ont massacré 1 200 personnes en Israël, pour la plupart des civils, et pris au moins 240 otages, le front nord d’Israël, à la frontière avec le Liban, s’est échauffé. Les échanges quotidiens de tirs et d’attaques avec le Hezbollah, le Hamas et d’autres groupes terroristes font craindre une conflagration plus importante.

Depuis le début des échanges transfrontaliers, 107 personnes ont été tuées du côté libanais, selon un décompte de l’AFP. Le bilan comprend également au moins 14 civils, dont trois journalistes.

Le Hezbollah a déclaré que 79 de ses membres ont été tués depuis le début de la guerre dans le sud du Liban.

Du côté israélien, six soldats et trois civils ont été tués.

Samedi également, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a affirmé que des frappes aériennes attribuées à Israël en Syrie avaient tué dans la nuit deux terroristes affiliés au Hezbollah et en avaient blessé sept autres.

« Deux combattants syriens travaillant pour le Hezbollah ont été tués et sept autres combattants travaillant pour le groupe ont été blessés lors de frappes aériennes israéliennes sur des sites du Hezbollah près de Sayyida Zeinab », a déclaré Rami Abdel Rahman, qui dirige l’OSDH basé en Grande-Bretagne.

Il n’y a pas eu de confirmation indépendante.

L’OSDH, contrôlé par une seule personne et dont le financement reste flou, a régulièrement été accusé par les analystes de la guerre syrienne de faire de faux articles et de gonfler le nombre de victimes.

Bien que l’armée israélienne ne commente généralement pas les frappes spécifiques en Syrie, elle a admis avoir effectué des centaines de sorties contre des groupes terroristes soutenus par l’Iran qui tentaient de prendre pied dans le pays au cours de la dernière décennie.

L’armée israélienne affirme qu’elle s’attaque aux cargaisons d’armes destinées à ces groupes, dont le principal est le Hezbollah libanais. En outre, les frappes aériennes attribuées à Israël ont visé à plusieurs reprises les systèmes de défense aérienne syriens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.