Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Le Hezbollah érige de nouvelles tours de garde sur la frontière avec le Liban

Des informations portant sur des tours d'observation de 18 mètres de haut surviennent alors qu'Israël effectue des travaux de construction d'un mur défensif

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un poste présumé du Hezbollah surplombant la ville de Shtula, dans le nord d'Israël, sur la frontière avec le Liban, le 23 janvier 2023. (Capture d'écran : Douzième chaîne, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Un poste présumé du Hezbollah surplombant la ville de Shtula, dans le nord d'Israël, sur la frontière avec le Liban, le 23 janvier 2023. (Capture d'écran : Douzième chaîne, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Le groupe terroriste du Hezbollah, au Liban, a établi de nouveaux postes élevés d’observation sur la frontière nord d’Israël alors que l’armée israélienne a renforcé ses travaux de construction d’un mur défensif.

Les résidents de la ville de Shtula, dans le nord du pays, qui se sont entretenus avec le site d’information Ynet et avec la Douzième chaîne, ont indiqué qu’une tour de 18 mètres de haut, à quelques dizaines de mètres de la frontière, avait été érigée le mois dernier, là très précisément où Tsahal remplaçait sa vieille clôture par un mur en béton de neuf mètres de haut.

Cela fait longtemps que Tsahal accuse le Hezbollah de mener des activités clandestines le long de sa frontière avec le Liban sous couvert d’un groupe environnemental connu sous le nom de « Verts sans frontières ». Les militaires avaient détaillé la construction d’une nouvelle tour similaire, l’année dernière.

Le correspondant d’Ynet dans le nord a fait savoir qu’au-moins 20 postes dirigés 24 heures sur 24 par des membres du Hezbollah se présentant dans des habits civils avaient été construits au cours de l’année passée.

Certains postes ne se trouvent qu’à quelques mètres de la frontière entre les deux pays qui est reconnue à l’international – elle est appelée la Ligne bleue – et les postes militaires qui se trouvent de l’autre côté de la clôture.

Selon l’armée, les postes du Hezbollah présumés représentent une violation de la Résolution 1701 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies et qui avait permis de conclure la guerre de 2006.

Un poste présumé du Hezbollah surplombant la ville israélienne de Shtula, sur la frontière libanaise, le 23 janvier 2023. (Capture d’écran : Ynet : used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

La résolution appelle les groupes armés autres que l’armée officielle libanaise et que les forces intérimaires de maintien de la paix déployées par les Nations unies, la FINUL, à rester au nord de la rivière Litani, dans le pays.

Tsahal avait fait des affirmations similaires, ces dernières années, identifiant des postes d’observation appartenant à l’origanisation non-gouvernementale présumée et qui, selon les militaires, étaient utilisés pour des travaux de renseignement et de reconnaissance en faveur du groupe terroriste soutenu par l’Iran.

En 2017, les Nations unies avaient rejeté l’accusation lancée par Israël d’une utilisation de l’ONG par le Hezbollah dans le but de mieux dissimuler ses activités.

A l’époque, la FINUL avait déclaré que si les membres de « Verts sans frontières » avaient planté des arbres dans le secteur, les forces de l’ONU n’avaient « remarqué aucun individu armé non-autorisé sur les lieux ou trouvé de base permettant de rapporter une violation de la Résolution 1701 ».

Des Libanais dont certains sont des membres du groupe terroriste du Hezbollah, selon Tsahal, regardent en Israël depuis un poste d’observation situé près de la frontière, des images publiées par l’armée israélienne le 8 juin 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Ces informations qui ont été transmises lundi surviennent alors que les forces de la FINUL ont été aperçues en train d’intervenir dans une confrontation entre les troupes israéliennes et libanaises le long de la frontière. L’armée libanaise avait déploré que des travaux d’ingénierie menés par Tsahal avaient traversé la ligne de démarcation pour la seconde fois de la semaine.

Des images de la scène, arrivée aux abords de Margaliot, dans le nord du pays, montrent ainsi des soldats libanais monter la garde là où des militaires israéliens avaient placé des barbelés.

Les forces de la FINUL séparent alors les deux parties.

Selon des informations parues dans les médias libanais, la FINUL avait interrompu les travaux israéliens après des plaintes de l’armée libanaise qui avait dénoncé des franchissements de la frontière internationale, la Ligne bleue. La Ligne bleue est démarquée par des barils bleus et elle se trouve, à certains endroits, à plusieurs mètres de la clôture israélienne.

L’armée israélienne n’a pas commenté l’incident.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.