Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Le Jihad islamique attribue l’assassinat d’un ingénieur de haut rang en Syrie à Israël

Le groupe terroriste a décrit le meurtre de Ali Ramzi al-Aswad, dont la famille était originaire de Haïfa, comme "portant les empreintes de l'ennemi sioniste" et a promis de réagir

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des combattants du Jihad islamique palestinien participant à un rassemblement de deuil pour les Palestiniens qui ont été tués lors des derniers combats entre Israël et Gaza, dans la ville de Rafah, dans le sud de la Bande de Gaza, le 8 août 2022. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des combattants du Jihad islamique palestinien participant à un rassemblement de deuil pour les Palestiniens qui ont été tués lors des derniers combats entre Israël et Gaza, dans la ville de Rafah, dans le sud de la Bande de Gaza, le 8 août 2022. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, basé dans la Bande de Gaza, a affirmé dimanche matin que l’un de ses principaux membres avait été assassiné par Israël en Syrie.

Dans un communiqué, la branche armée du Jihad islamique palestinien, les Brigades Al-Qods, a déclaré que Ali Ramzi al-Aswad, 31 ans, avait été abattu par des « agents de l’ennemi sioniste » dans la région de Damas. Le groupe terroriste a déclaré qu’al-Aswad était un « dirigeant » et un ingénieur.

Le Jihad islamique palestinien a décrit le meurtre d’al-Aswad comme un « lâche assassinat portant les empreintes de l’ennemi sioniste ».

Il n’y a pas eu d’autres détails sur l’assassinat présumé. Les médias syriens ont rapporté que le meurtre avait eu lieu dans la banlieue de Damas, à Qudsaya.

Le groupe terroriste a déclaré que la famille d’al-Aswad était originaire de la ville de Haïfa, dans le nord du pays, et qu’elle s’était installée dans un camp de réfugiés en Syrie à la suite de la Guerre d’Indépendance d’Israël en 1948. Le Jihad islamique palestinien a indiqué qu’il les avait rejoint et avait travaillé en tant qu’ingénieur, avant de devenir un commandant de haut rang.

« Nous tenons l’ennemi sioniste pour responsable de ce crime », a déclaré le Jihad islamique palestinien, promettant de réagir.

En novembre 2019, deux personnes, dont le fils d’un dirigeant du Jihad islamique palestinien, Akram al-Ajouri, avaient été tuées dans un attentat à la bombe israélien à Damas, selon les médias officiels syriens et l’organisation radicale palestinienne, dont de nombreux dirigeants sont basés à Damas.

Dans une référence apparente à cet assassinat, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré, lors d’une réunion hebdomadaire du cabinet, qu’Israël « s’en prendrait aux terroristes et à leurs instigateurs partout dans le monde ».

« Nos forces travaillent 24 heures sur 24 pour faire face aux terroristes et contrecarrer l’infrastructure terroriste. Des dizaines de terroristes ont été tués le mois dernier, beaucoup d’autres ont été arrêtés. Je le répète : tous ceux qui tentent de nuire aux citoyens d’Israël le paieront de leur vie », a déclaré Netanyahu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.