Le juge à l’employé de World Vision : acceptez le marché
Rechercher

Le juge à l’employé de World Vision : acceptez le marché

Israël a accusé Mohammed el-Halabi, le gérant de la branche de Gaza de l’ONG, d’avoir détourné des millions de dollars au profit du Hamas

Manifestation de soutien à Mohammed Halabi, directeur pour Gaza de World Vision, à Gaza Ville, le 7 août 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Manifestation de soutien à Mohammed Halabi, directeur pour Gaza de World Vision, à Gaza Ville, le 7 août 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Un juge israélien devrait se prononcer sur le cas d’un responsable de Gaza de l’organisation caritative Christian World Vision, qui a été accusé de détourner des millions de dollars au profit du groupe terroriste palestinien du Hamas, a annoncé au suspect cette semaine qu’il y avait « peu de chances » qu’il ne soit pas inculpé.

Selon un reportage diffusé sur la chaîne ABC Australie mercredi, le juge Nasser Abu Taha, du tribunal de première instance de Beer Sheva, a exhorté Mohammed el-Halabi à accepter un marché pour obtenir une réduction de peine réduite. Il y a « peu de chance » qu’une condamnation ne soit pas prononcée, a déclaré Abu Taha, ajoutant que les taux de condamnation avaient été élevés dans les affaires similaires au cours des dernières années.

« Vous avez vu les chiffres et les statistiques », a déclaré le juge à El-Halabi, selon ABC. « Vous savez comment ces problèmes sont traités ».

Le service de sécurité intérieur d’Israël, le Shin Bet, a affirmé que le manager El-Halabi pour la branche de Gaza de l’organisation mondiale caritative a créé des projets humanitaires fictifs pour obtenir des fonds pour le groupe terroriste basé à Gaza.

Le Shin Bet a en outre reproché à El-Halabi d’avoir suivi une formation du Hamas au début des années 2000, affirmant qu’il avait été « implanté » par le groupe dans l’ONG World Vision en 2005, où il a grimpé les échelons pour devenir directeur de la branche de Gaza.

El-Halabi a plaidé non coupable à tous les chefs d’accusations.

Le ministère de la Justice d’Israël a refusé de commenter l’affaire El-Halabi parce que son procès était en cours.

Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l'organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 par Israël pour avoir détourné les fonds de l'organisme de bienfaisance au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : capture d'écran World Vision)
Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l’organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 par Israël pour avoir détourné les fonds de l’organisme de bienfaisance au profit de l’organisation terroriste. (Crédit : capture d’écran World Vision)

Également cette semaine, le gouvernement australien a déclaré qu’il n’avait pas réussi à trouver aucune preuve que l’un de ses dons à World Vision avait été détourné vers le Hamas.

Mais les ministères australiens des Affaires étrangères et du Commerce ont déclaré jeudi que son financement pour la branche de Gaza de World Vision resterait suspendu tant que la lumière ne serait pas faite sur les accusations israéliennes contre el-Halabi.

« DFAT a examiné la gestion de son financement de World Vision dans les Territoires palestiniens. L’examen n’a rien révélé qui suggérait un détournement de fonds gouvernementaux », a déclaré le ministère dans un communiqué.

« Le financement de l’Australie à World Vision dans les Territoires Palestiniens reste suspendu jusqu’à ce que nous aurons examiné les résultats de l’affaire judiciaire contre M. el-Halabi et les examens entrepris par World Vision Australia et World Vision International sur cette question », a-t-il ajouté.

L’Australie est le plus grand donateur pour le travail humanitaire de World Vision à Gaza. Il a donné 5,8 millions de dollars australiens (4,4 millions de dollars) au cours des trois dernières années fiscales, a déclaré le département.

World Vision s’est félicitée des conclusions de l’Australie, ajoutant que son propre audit en cours n’avait pas encore soulevé d’inquiétudes quant à la façon dont l’argent a été dépensé.

Le travail de World Vision à Gaza a été suspendu en attendant le résultat de cette vérification.

« Nous restons profondément préoccupés par cette situation et nous sommes attristés par l’impact sur les enfants de Gaza et leurs familles », a déclaré World Vision.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...