Le Kurdistan irakien reprend ses exportations de pétrole
Rechercher

Le Kurdistan irakien reprend ses exportations de pétrole

Les exportations de pétrole s'étaient interrompues durant 3 semaines ; elles représentent un manne financière importante pour la région autonome en crise

Une pipeline Iran-Palkisan (Crédit : Capture d'écran Youtube/AlJazeeraEnglish)
Une pipeline Iran-Palkisan (Crédit : Capture d'écran Youtube/AlJazeeraEnglish)

La région autonome du Kurdistan irakien a repris vendredi ses exportations de pétrole via la Turquie après une fermeture de l’oléoduc pendant plus de trois semaines, selon un responsable kurde.

« L’acheminement du pétrole des champs de Kirkourk (dans le nord de l’Irak) vers (le port turc de) Ceyhan a repris vendredi », a indiqué à l’AFP un responsable de la North Oil Company.

Le pipeline vers Ceyhan était fermé depuis le 17 février à cause d’opérations militaires turques dans l’est de la Turquie.

Malgré les prix bas du pétrole, les quelque 600 000 barils par jour que le Kurdistan exporte via Ceyhan représentent une manne importante pour cette région autonome qui traverse une grave crise budgétaire doublée d’une crise politique.

L’interruption de trois semaines, la plus longue depuis l’offensive du groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Irak en juin 2014, n’a fait qu’aggraver une situation financière déjà précaire pour le gouvernement régional du Kurdistan, qui a du mal à payer ses fonctionnaires.

Les exportations de pétrole de la région autonome (3,5 milliards d’euros en 2015 selon les autorités du Kurdistan) sont considérées comme illégales par le gouvernement central irakien.

Mi-février, le Kurdistan s’était dit prêt à stopper ses exportations pétrolières et à remettre sa production d’or noir aux autorités fédérales si ces dernières s’engageaient en échange à payer ses 400 000 fonctionnaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...