Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Le Labour interdit formellement à Corbyn de se présenter aux élections

L'ancien leader du parti publie une déclaration provocante indiquant qu'il peut se présenter en tant qu'indépendant et qu'il ne se laissera pas intimider

Le chef du Parti travailliste britannique d'opposition, Jeremy Corbyn, fait un geste après avoir voté aux élections générales, à Islington, Londres, Angleterre, le 12 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Thanassis Stavrakis)
Le chef du Parti travailliste britannique d'opposition, Jeremy Corbyn, fait un geste après avoir voté aux élections générales, à Islington, Londres, Angleterre, le 12 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Thanassis Stavrakis)

Le parti travailliste britannique a formellement interdit mardi à son ancien dirigeant et député Jeremy Corbyn de se présenter comme candidat du parti aux prochaines élections.

Corbyn, qui a été accusé d’avoir largement ignoré l’antisémitisme du parti lorsqu’il en était à la tête, a réagi en rejetant la décision et en indiquant qu’il se présenterait aux élections en tant qu’indépendant. La section du parti travailliste de sa circonscription d’Islington North a également rejeté l’interdiction.

L’actuel dirigeant du parti travailliste, le député Keir Starmer, a présenté à la commission exécutive nationale (National Executive Committee ou NEC) du parti une motion visant à bannir Corbyn, qui a été approuvée par 22 voix contre 12. Le NEC doit approuver tous les candidats de la liste électorale du parti. La motion ne mentionnait pas l’antisémitisme, mais notait que les chances du parti travailliste de gagner des sièges lors des prochaines élections seraient « considérablement réduites » si Corbyn était l’un de ses candidats.

« La décision du NEC de bloquer ma candidature pour Islington North est une attaque honteuse contre la démocratie du parti, les membres du parti et la justice naturelle », a déclaré Corbyn dans un communiqué.

« Je ne me laisserai pas intimider et je ne me tairai pas », a-t-il poursuivi. « J’ai passé ma vie à me battre pour une société plus juste au nom des habitants d’Islington North, et je n’ai pas l’intention de m’arrêter maintenant. »

Le parti travailliste de la circonscription d’Islington North a également dénoncé l’interdiction de Corbyn, déclarant dans un communiqué que les électeurs « méritent un vote libre et équitable sur la personne qui les représentera. Par conséquent, nous rejetons l’ingérence indue du NEC à Islington North, qui sape notre objectif de vaincre les conservateurs et de travailler avec nos communautés pour la justice sociale ».

Le leader du parti travailliste britannique Keir Starmer arrive pour assister au dernier hommage du Prince Philip, Duc d’Edimbourg, à l’Abbaye de Westminster à Londres, le 29 mars 2022. (Crédit: AP Photo/Matt Dunham)

Jon Lansman, militant politique juif et fondateur de l’organisation Momentum, qui a joué un rôle central dans l’élection de Corbyn à la tête du parti travailliste, a émis d’autres critiques. Il a déclaré à Times Radio que Starmer « se comportait comme une sorte de Poutine du parti travailliste », selon un reportage du journal britannique Guardian.

Momentum a publié une déclaration affirmant que l’interdiction était un « montage antidémocratique », a rapporté le journal.

Un rapport d’octobre 2020 de la Commission britannique pour l’égalité et les droits de l’homme a statué que le parti travailliste sous Corbyn avait enfreint la loi dans son traitement « inexcusable » des plaintes pour antisémitisme.

Au cours de cette période, les membres et législateurs juifs ont quitté le parti en masse, les critiques à l’encontre d’Israël et du sionisme ayant viré à l’antisémitisme toxique de la part des partisans de Corbyn.

Le parti a suspendu Corbyn en 2020 après qu’il a affirmé que ses adversaires avaient exagéré l’ampleur de l’antisémitisme au sein du parti travailliste pour des « raisons politiques ». Il représentait le parti travailliste au parlement depuis 1983 et siège désormais en tant que législateur indépendant.

Le journal britannique Jewish Chronicle, qui évoque l’interdiction de Corbyn, cite un récent sondage selon lequel 55 % des électeurs potentiels estiment que Starmer fait le bon choix en demandant l’interdiction, tandis que 23 % pensent que c’est une erreur.

Les sondages d’opinion indiquent actuellement que le parti travailliste dirigé par Starmer est en passe de prendre le pouvoir aux conservateurs du Premier ministre Rishi Sunak lors d’une élection générale prévue l’année prochaine, après plus d’une décennie dans l’opposition.

Depuis 2019, Starmer a redoré le blason du parti après avoir succédé à Corbyn, un homme d’extrême gauche.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.