Rechercher

Autriche : Le chef de l’extrême droite poursuivi pour antisémitisme

Herbert Kickl, chef du parti d’extrême droite FPÖ, a rejeté l’idée que les comparaisons avec la Shoah dans les manifestations contre le pass sanitaire étaient antisémites

Herbert Kickl, ministre autrichien de l'Intérieur, le 18 décembre 2017. (Crédit : AFP PHOTO / VLADIMIR SIMICEK)
Herbert Kickl, ministre autrichien de l'Intérieur, le 18 décembre 2017. (Crédit : AFP PHOTO / VLADIMIR SIMICEK)

Le syndicat des étudiants juifs autrichiens a intenté une action en justice contre Herbert Kickl, chef du parti d’extrême droite FPÖ et ancien ministre de l’Intérieur, après des déclarations antisémites lors d’une interview avec le média national ORF, a rapporté le site Euractiv.

Dans son interview, M. Kickl a rejeté l’idée que les comparaisons effectuées avec la Shoah dans les manifestations contre le pass sanitaire étaient antisémites. Régulièrement lors de ces événements, organisés en Autriche comme partout en Europe, les manifestants banalisent la Shoah, comparant les mesures sanitaires actuelles à celles prises contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Herbert Kickl a ainsi affirmé que ces faits consistaient en une « critique du national-socialisme ».

« Le national-socialisme n’a pas commencé par une guerre mondiale et des camps d’extermination, mais par l’exclusion systématique de personnes », a-t-il ajouté, affirmant que les comparaisons avec la Shoah montraient une même « politique du bouc émissaire ».

Des manifestants brandissent des pancartes indiquant « la liberté n’est pas un luxe, c’est un droit », « non au passeport nazi » lors d’une manifestation contre le laissez-passer sanitaire Covid-19, avec lequel les autorités visent à limiter la propagation de la pandémie de Covid-19, à Barcelone, le 11 décembre 2021. (Crédit : LLUIS GENE / AFP)

Outre le syndicat des étudiants juifs autrichiens, le président de la communauté juive autrichienne, Oskar Deutsch, a qualifié les déclarations de M. Kickl de « répugnantes et antisémites ». Selon lui, le FPÖ s’est ainsi « démasqué » comme étant le « bras politique » de la pensée nationale-socialiste.

L’Autriche fait face à une forte augmentation des incidents antisémites. Plus de 560 incidents antisémites ont été signalés au cours du premier semestre 2021, nombre le plus élevé jamais signalé et presque deux fois plus élevé que celui de l’année précédente, a rapporté Euractiv.

Le gouvernement autrichien a récemment lancé plusieurs projets de lutte contre l’antisémitisme et créé une subvention de plus de 700 000 euros destinée à améliorer la sécurité de la communauté juive autrichienne.

Le gouvernement a aussi adopté une stratégie nationale contre l’antisémitisme. Parmi les mesures proposées par ce plan : la création d’un centre de recherche sur l’antisémitisme, déjà mise en œuvre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...