Le Liban est déterminé à régler le différend sur le gaz offshore avec Israël
Rechercher
Analyse

Le Liban est déterminé à régler le différend sur le gaz offshore avec Israël

Voyant dans ses réserves un moyen de sortir de ses difficultés économiques, Beyrouth renonce à ses prétentions maximalistes pour ramener Jérusalem à la table des négociations

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des panneaux indiquent les distances de Beyrouth et de Jérusalem, qui se trouvent sur une route qui relie la base de la FINUL où les délégations libanaise et israélienne se rencontrent, à Naqoura, Liban, mardi 4 mai 2021. (AP/Hussein Malla)
Des panneaux indiquent les distances de Beyrouth et de Jérusalem, qui se trouvent sur une route qui relie la base de la FINUL où les délégations libanaise et israélienne se rencontrent, à Naqoura, Liban, mardi 4 mai 2021. (AP/Hussein Malla)

En regardant depuis les falaises calcaires de Rosh Hanikra, la minuscule « île » de Tekheilet est à peine visible, un affleurement rocheux embrassant à peine la ligne des vagues, à un kilomètre du rivage israélien, à la frontière nord du pays.

En novembre 2020, le ministre de l’Energie Yuval Steinitz, son chef de cabinet Mor Halutz et le directeur général du ministère Udi Adiri ont enfilé des gilets de sauvetage orange vif et sont montés sur l’îlot pour prendre le thé et montrer qu’Israël revendique non seulement l’île, mais aussi l’étendue de la mer qui s’étend bien au-delà.

Le voyage de M. Steinitz, qu’il n’a pas manqué d’enregistrer et de rendre public, s’est déroulé un mois après l’échec des pourparlers avec le Liban sur un différend frontalier maritime – et sur les droits aux richesses en gaz naturel qui s’y trouvent – à la suite d’une tentative de Beyrouth de faire valoir ses propres revendications dans ce qu’Israël considère comme sa zone économique exclusive, ou ZEE.

Mardi dernier, les négociateurs israéliens et libanais sont retournés à la table des négociations pour six heures de discussions après que Beyrouth a fait marche arrière sur sa position précédente, plaçant probablement le petit Tekheilet au centre d’un accord souhaité.

Le fait que le Liban soit revenu à la table des négociations, sans les revendications agressives qui ont torpillé les pourparlers lors du dernier cycle, montre à quel point il a besoin d’un accord. Mais le même dysfonctionnement officiel qui est à l’origine de la situation désespérée de Beyrouth pourrait aussi finir par empêcher la conclusion d’un accord insaisissable.

Le ministre de l’Énergie, Yuval Steinitz (au centre), boit du thé sur l’îlot Tekheilet, dans le cadre des efforts déployés par Israël pour affirmer la frontière maritime qu’il souhaite établir avec le Liban. (Autorisation, ministère de l’Énergie)

Comme lors des cycles précédents, peu de détails étaient disponibles sur le dernier cycle de négociations sous médiation américaine entre les pays, qui sont officiellement en état de guerre. Le ministère de l’Energie a seulement déclaré au Times of Israel que d’autres cycles pourraient avoir lieu à l’avenir, ce qui constitue un signe d’espoir prudent.

Pour Israël, qui récolte déjà les fruits de ses concessions de gaz en mer, la conclusion d’un accord serait un développement positif, mais loin d’être nécessaire.

Israël vit sans frontière terrestre mutuellement reconnue avec le Liban depuis 1949, et a profité de cette ambiguïté pour inclure des éléments de terrain clés du côté israélien de la ligne de démarcation après le retrait du Sud-Liban en 2000. En mer, Israël est en mesure d’attirer les investissements étrangers et l’exploration de ses réserves de gaz naturel et n’a fait face à aucune attaque sur la frontière contestée. Dans le même temps, Israël serait certainement heureux de parvenir à une solution négociée avec le Liban, un pays dont il pense qu’il pourrait être un voisin constructif s’il n’était pas soumis à l’influence malveillante de l’Iran et du Hezbollah.

Le Liban, quant à lui, est dans une situation économique et politique désespérée. Il espère que le règlement de la frontière maritime lui donnera au moins un peu d’espoir pour commencer à s’en sortir. Bien qu’il ait besoin d’un accord et qu’il soit clairement en position de faiblesse, la politique interne libanaise fait qu’il est difficile pour le gouvernement d’accepter un compromis avec l’État juif.

Un hélicoptère vole au dessus d’une base des forces de maintien de la paix de l’ONU dans la ville de Naqoura, au sud du Liban, le mercredi 14 octobre 2020. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)

« Israël est déjà un acteur énergétique majeur en Méditerranée orientale », explique Jonathan Ruhe, directeur de la politique étrangère au Jewish Institute for National Security of America.

« Il produit et se prépare à exporter du gaz naturel à partir de gisements importants situés dans des parties incontestées de sa ZEE, et il entretient des liens étroits avec ses autres voisins maritimes, l’Égypte, Chypre et la Grèce. Le Liban, en revanche, n’a rien de tout cela, et sans un accord, il aura du mal à attirer de nouvelles explorations et de nouveaux investissements dans le domaine de l’énergie, ce qui serait la première étape cruciale pour relancer l’économie abyssale du Liban grâce à l’extraction de ressources naturelles. »

Un trait sur la mer

Les différends liés aux frontières maritimes, qui sont fréquents, sont généralement réglés sur la base de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, [United Nations Convention on the Law of the Sea – UNCLOS] à laquelle le Liban est partie mais pas Israël ni les États-Unis. Quoi qu’il en soit, Israël utilise les principes de l’UNCLOS comme base de ses revendications maritimes. La convention ne prescrit pas de moyen obligatoire pour déterminer les frontières entre des revendications superposées sur les eaux territoriales, et le Liban et Israël s’appuient tous deux sur cette convention pour formuler des revendications très différentes sur l’emplacement de la ligne de démarcation entre les deux pays. Le Liban et Israël ont formulé des revendications contradictoires en 2008 et en 2011, respectivement, et des centaines de kilomètres carrés se chevauchent.

Le ministre libanais de l’Énergie, Cesar Abi Khalil, détaille une carte de forage en mer sur les eaux disputées avec Israël, le 1er février 2018. (AP Photo/Hussein Malla)

« Le Liban a fait ce qu’il pouvait, dans le cadre des normes coutumières acceptables, pour que cette ligne s’incline vers le sud, touchant presque les champs d’exploration israéliens établis », a écrit le médiateur américain, l’ambassadeur Frederic Hof, à la fin de l’année dernière. « Israël a fait ce qu’il pouvait, sans violer quoi que ce soit d’approprié, pour que sa ligne s’oriente vers le nord. Aucune des parties n’a fait quoi que ce soit d’inapproprié ou d’illégal. Mais 882 kilomètres carrés de mer Méditerranée sont restés en litige. »

La revendication d’Israël est centrée sur Tekheilet, son exploitation offshore la plus septentrionale. Si elle est prise en considération, elle déplace la ligne de démarcation vers le nord et, comme il fallait s’y attendre, le Liban soutient que le récif est trop insignifiant pour avoir un impact aussi radical sur la ligne.

L’écume de mer blanche clapote sur le minuscule îlot de Tekheilet, à peine visible près du centre de la photo. (Capture d’écran : Google Street View)

La question est particulièrement sensible pour le Liban, car la revendication d’Israël traverse la zone offshore appelée bloc 9, dont certains experts libanais estiment qu’elle a 50 % de chances de contenir plus de 15 000 milliards de pieds cubes de gaz, ce qui représente une somme gargantuesque. En 2017, Israël dispose de 6,22 trillions de pieds cubes de réserves de gaz prouvées.

Les États-Unis, dirigés par Hof, ont joué un rôle de médiateur entre les parties de fin 2010 à novembre 2012. L’objectif était de déterminer une ligne allant de Rosh HaNikra/Naqoura à la ligne perpendiculaire où les eaux chypriotes commencent à 70 miles [112 km] de là.

Bien qu’il n’ait pas réussi à réunir les parties dans la même pièce, Hof a proposé en avril 2012 un compromis entre les revendications concurrentes, qui aurait donné aux Libanais 55 % de la zone contestée et à Israël 45 %. Le Hezbollah n’a fait que des déclarations relativement discrètes sur le compromis, indiquant qu’il ne le torpillerait pas. Les deux pays étaient – à contrecœur, selon les médiateurs américains – prêts à conclure un accord basé sur la « ligne Hof », mais le gouvernement libanais est tombé dans un contexte de violence sectaire croissante et les pourparlers ont échoué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de l’inauguration de la plateforme de forage du champ de gaz naturel Leviathan en mer Méditerranée, le 31 janvier 2019. (Photo de Marc Israel SELLEM / POOL / AFP)

En octobre 2020, le Liban et Israël ont repris les négociations, sous la médiation des États-Unis et sous les auspices de l’ONU. Cette fois, Israël était disposé à s’asseoir dans la même pièce au siège de la FINUL à Naqoura. Mais les négociateurs libanais ont adopté une position extrêmement agressive, faisant valoir des revendications qualifiées de « maximalistes » qui placeraient sous contrôle libanais 1 430 kilomètres carrés supplémentaires par rapport à la revendication précédente, y compris des parties du champ gazier israélien de Karish. Ces pourparlers ont été suspendus en raison des revendications libanaises élargies, Israël accusant son voisin d’incohérence.

« Jusqu’à l’année dernière, Israël et le Liban semblaient au moins être d’accord sur ce qui les opposait – en d’autres termes, ils étaient au moins d’accord sur la taille globale et l’emplacement de la tranche de ZEE qu’ils contestaient », a déclaré Ruhe.

« C’est un échec et je pense qu’il est clair pour les Libanais que c’est un échec », a déclaré Michael Harari, ancien ambassadeur d’Israël à Chypre, en référence aux nouvelles revendications.

Carte maritime de la Méditerranée orientale montrant les frontières de la Zone Économique Exclusive, y compris une zone de conflit (point 4) entre Israël et le Liban. Source : Annuaire méditerranéen de l’IEMed 2012. (www.iemed.org/medyearbook)

Selon M. Harari, la pression américaine a contraint les Libanais à renoncer à cette revendication provocatrice. Le Liban a sauvé la face en faisant en sorte que le président libanais, Michel Aoun, renonce à sa demande, ouvrant ainsi la voie aux nouveaux pourparlers de la semaine dernière.

Des crises qui s’aggravent

Le Liban, embourbé dans sa pire crise économique depuis la guerre civile de 1975-1990, cherche à régler le différend frontalier maritime afin de pouvoir poursuivre sa prospection offshore de pétrole et de gaz. Beyrouth espère que les découvertes potentielles dans ses eaux territoriales l’aideront à surmonter une crise économique et financière sans précédent et à rembourser sa dette massive qui s’élève à 170 % du PIB, ce qui en fait l’une des plus élevées au monde. La monnaie libanaise a atteint son plus bas niveau historique en mars dans un contexte de crise économique galopante. Dans les banques commerciales, les déposants font la queue pendant des heures et se battent avec les directeurs en vain pour récupérer leurs économies en dollars. La plupart des banques ont cessé d’accorder des prêts.

Le pays est confronté à d’autres problèmes que les difficultés économiques. En août de l’année dernière, une explosion dans le port de Beyrouth a tué plus de 200 personnes et en a blessé plus de 6 000, dévastant une grande partie de la ville. Le gouvernement a démissionné à la suite de l’explosion, et le dysfonctionnement politique – un problème quasi permanent dans le pays – a retardé la formation d’un nouveau gouvernement.

Sur cette photo du 9 août 2020, des graffitis politiques sont visibles devant la scène de l’explosion du 4 août qui a frappé le port commercial de Beyrouth, au Liban. (AP/Hussein Malla)

Le Premier ministre désigné Saad Hariri n’a pas réussi à former un nouveau gouvernement depuis qu’il a été nommé à ce poste en octobre. M. Hariri insiste pour former un cabinet d’experts dont la tâche principale sera de sortir le Liban de sa crise économique. D’autres groupes, dont le Hezbollah, insistent sur un cabinet mixte composé de politiciens et d’experts.

De nombreux Libanais considèrent les gisements de gaz offshore comme le meilleur espoir de sortir de la crise économique et poussent Beyrouth vers la table des négociations avec Israël.

« Les Libanais pensent que s’ils trouvent du gaz naturel dans leurs eaux, cela pourrait leur apporter un sérieux soulagement », explique Gabriel Mitchell, directeur des relations extérieures de l’Institut Mitvim, un groupe de réflexion israélien sur la politique étrangère qui cherche à promouvoir la coopération régionale. (Mitchell est également un ancien employé du Times of Israel).

Mais un tel soulagement peut prendre des années avant de porter ses fruits, si tant est qu’il se concrétise.

« Il n’y a pas de baguette magique », a déclaré Mitchell. « Il faut qu’ils parviennent à un accord avec Israël, puis que des entreprises étrangères opèrent et découvrent quelque chose, et enfin qu’ils passent par le processus d’extraction effective et de vente. »

« Il y a beaucoup d’étapes à franchir avant que le Liban ne voie ne serait-ce qu’un seul dollar, mais au moins en principe, s’ils parviennent à résoudre ce problème avec Israël, cela pourrait au moins faire démarrer les choses, et cela pourrait leur permettre d’avoir un peu plus de flexibilité face aux banques internationales et au FMI », a-t-il ajouté.

Un manifestant brûle des pneus pour bloquer une route, à Beyrouth, au Liban, le 4 mars 2021. (AP Photo/Bilal Hussein, File)

Alors que la situation économique crée des motivations pour un accord, la crise politique pourrait créer des obstacles à un accord du côté libanais. Les nouvelles revendications agressives du Liban ne sont pas fondées sur une nouvelle compréhension du droit ou de la géographie, a affirmé M. Harari. « La question est d’ordre politique. Elle n’est pas purement technique et juridique. Le technique et le juridique sont censés servir – et serviront – le politique. »

Selon M. Harari, si les dirigeants politiques libanais décident de conclure un accord avec Israël, ils le feront. Mais avec un gouvernement intérimaire faible, il a peu de légitimité pour faire des concessions, alors que les nombreux acteurs internes et externes de la politique libanaise se disputent les places.

Par exemple, Gebran Bassil, gendre d’Aoun et ministre libanais de l’Energie et de l’eau pendant les pourparlers de 2012, a commenté le différend en avril, proposant une nouvelle ligne entre la ligne Hof et la ligne libanaise maximaliste. Certains disent qu’il essayait de s’attirer les bonnes grâces des États-Unis en proposant une solution constructive, tandis que d’autres prétendent qu’il a travaillé en coulisses pour saborder l’accord qu’il n’a pas pu obtenir pendant son mandat.

Les puissances étrangères, qui utilisent le Liban pour poursuivre leurs propres intérêts depuis des décennies, rendent la politique de conclusion d’un accord avec Israël encore plus complexe. L’Iran, qui exerce une influence considérable au Liban par l’intermédiaire de la communauté chiite et du Hezbollah, est impliqué dans des négociations à fort enjeu avec les États-Unis concernant son programme nucléaire. Il pourrait empêcher le Hezbollah de s’opposer publiquement aux pourparlers en guise de signal ou de concession aux États-Unis, mais il pourrait tout aussi bien les saboter pour montrer à l’administration Biden ce qu’il en coûte de ne pas supprimer les sanctions économiques.

La Syrie, qui a historiquement contrôlé la politique étrangère libanaise, et la Russie, nouvel acteur majeur dans la région, sont également des facteurs dans les calculs libanais. Le Liban et la Syrie se disputent également la frontière maritime qui les sépare.

Les dirigeants libanais se sont engagés à protéger les eaux économiques du pays, mais pour ce faire, ils doivent s’opposer à Moscou, qui a conclu un accord avec Damas en mars pour explorer le gaz en Méditerranée, y compris 750 kilomètres carrés d’eaux également revendiquées par Beyrouth.

Le président syrien Bashar el-Assad dirige une réunion du cabinet, à Damas, en Syrie, le 30 mars 2021. (Page Facebook de la présidence syrienne via AP)

Pour la Russie, le fait d’exercer une influence sur l’exploration gazière en Méditerranée orientale l’aide à contrer l’influence américaine, notamment avec l’émergence du forum pro-occidental EastMed Gas, qui comprend Israël. Moscou veut également protéger son propre statut de premier fournisseur de gaz naturel à l’Europe.

Le Liban a peut-être compris qu’il n’avait aucun recours dans le nord, et adopte donc une position plus agressive dans le sud pour récupérer certaines eaux territoriales perdues.

Une image aérienne du gisement de gaz israélien au large d’Israël (Albatross Aerial photographie/Noble Energy/Flash90/File)

Malgré les obstacles, il est toujours dans l’intérêt d’Israël de poursuivre les négociations.

« Ça ne coûte rien de négocier », a déclaré Mitchell. « Si le Liban est intéressé par le dialogue, c’est bien. Si les États-Unis souhaitent être impliqués dans le processus, c’est également une bonne chose. Si une résolution est trouvée, ce sera bon pour Israël aussi, car cela permettra au moins à Israël de pouvoir dire aux entreprises étrangères que ces espaces près de la frontière du Liban ne sont plus problématiques. Israël a eu du mal à attirer des investissements étrangers pour certains de ces espaces, donc au moins en principe, il n’y aurait plus de point d’interrogation. »

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...