Rechercher

Le Liban signe un accord avec la Jordanie pour importer de l’électricité

Le Liban subit des coupures de courant, culminant à plus de 22 heures par jour, et peine à importer du carburant, sur fond de dégringolade de la monnaie nationale

Le ministre libanais de l'Énergie Walid Fayyad, au centre, le ministre jordanien de l'Énergie Saleh Kharabsheh, à gauche, et le ministre syrien de l'Électricité Ghassan al-Zamil, donnent une conférence de presse avant de signer des accords pour acheminer l'électricité de la Jordanie via la Syrie vers le Liban, au ministère de l'Énergie et de l'Eau à Beyrouth, le mercredi 26 janvier 2022. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)
Le ministre libanais de l'Énergie Walid Fayyad, au centre, le ministre jordanien de l'Énergie Saleh Kharabsheh, à gauche, et le ministre syrien de l'Électricité Ghassan al-Zamil, donnent une conférence de presse avant de signer des accords pour acheminer l'électricité de la Jordanie via la Syrie vers le Liban, au ministère de l'Énergie et de l'Eau à Beyrouth, le mercredi 26 janvier 2022. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)

Le Liban a signé mercredi un accord avec la Jordanie pour l’acheminement d’électricité via la Syrie voisine, dans l’espoir d’améliorer l’état du secteur de l’énergie du pays frappé par une crise économique inédite depuis 2019.

Le Liban subit des coupures de courant, culminant à plus de 22 heures par jour, et peine à importer du carburant, sur fond de dégringolade de la monnaie nationale.

« C’est un moment historique important pour le Liban par sa dimension symbolique », a déclaré le ministre libanais de l’Energie Walid Fayad lors d’une conférence de presse conjointe à Beyrouth avec son homologue jordanien Saleh Al-Kharabsheh et syrien Ghassan Al-Zamil.

« Aujourd’hui, nous consolidons l’action arabe commune… à travers l’accord modeste mais très important pour le peuple libanais, qui a besoin de chaque heure d’électricité, » qu’il peut obtenir, a-t-il ajouté.

Des manifestants anti-gouvernementaux brisent une veuve de banque lors de manifestations contre le gouverneur de la banque centrale libanaise et contre l’aggravation de la crise financière, le 14 janvier 2020, à Beyrouth, au Liban. (Crédit : AP/Hussein Malla)

Le Parlement libanais doit ratifier le contrat financé par la Banque mondiale. M. Fayad s’attendait à ce que les détails du financement soient finalisés dans les deux prochains mois, en vue de l’entrée en vigueur du contrat.

L’accord intervient « dans des circonstances délicates et difficiles à laquelle sont confrontés nos confrères au Liban, ce qui lui donne une importance supplémentaire », a dit pour sa part le ministre jordanien de l’Energie.

Le ministre syrien a confirmé que son pays avait pris toutes les dispositions pour la connexion électrique entre la Jordanie et le Liban. « Nous sommes prêts à tout moment pour le raccordement électrique », a-t-il indiqué.

A travers cet accord, le Liban obtiendra une puissance allant jusqu’à 250 mégawatts pendant la journée et 150 mégawatts durant la nuit, ce qui se traduira par deux heures supplémentaires d’alimentation, selon M. Fayad.

Les ministres de l’Energie des trois pays s’étaient entendus en octobre sur une feuille de route pour assurer au Liban une partie de ses besoins en électricité.

Le Liban importe déjà depuis des mois du fioul d’Irak pour faire fonctionner ses centrales électriques. Des pourparlers avec l’Egypte sont également en cours pour acheminer du gaz via la Jordanie et la Syrie vers le Liban.

En important de l’électricité jordanienne, du carburant irakien et du gaz égyptien, le Liban espère augmenter la production d’électricité de huit à dix heures par jour dans les mois à venir, selon M. Fayad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...