Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Le Liban va passer à l’heure d’été, après un week-end de confusion

La décision du report avait provoqué la colère des dirigeants politiques et religieux chrétiens et accentué la fracture communautaire dans ce pays multiconfessionnel

Une manifestante anti-gouvernement crie des slogans en portant un masque aux couleurs du drapeau libanais à Beyrouth, au Liban, le 2 juillet 2020. (Hassan Ammar / AP)
Une manifestante anti-gouvernement crie des slogans en portant un masque aux couleurs du drapeau libanais à Beyrouth, au Liban, le 2 juillet 2020. (Hassan Ammar / AP)

Le Liban va finalement passer à l’heure d’été jeudi, a annoncé lundi le gouvernement, revenant sur sa décision de reporter le changement d’heure d’un mois qui avait plongé la population dans la confusion, une partie du pays refusant de s’y conformer.

« Le gouvernement a décidé de maintenir ses décisions précédentes concernant le passage à l’heure d’été (…) » qui « prendra effet dans la nuit de mercredi à jeudi », a annoncé lundi le Premier ministre Najib Mikati, à l’issue d’une réunion du cabinet.

La décision du report, annoncée deux jours avant le passage prévu à l’heure d’été dans la nuit de samedi à dimanche, avait provoqué la colère des dirigeants politiques et religieux chrétiens et accentué la fracture communautaire dans ce pays multiconfessionnel.

« Cette décision avait pour but d’alléger (la journée) de jeûne du mois de ramadan », qui s’étend du lever au coucher du soleil, a expliqué M. Mikati, déplorant « des réactions communautaires odieuses ».

A l’appel notamment du patriarcat maronite, la communauté chrétienne la plus puissante au Liban, une partie du pays a refusé de se conformer au report annoncé la semaine dernière.

Ainsi, le pays, plongé dans une profonde crise politique et économique, s’est réveillé sous deux fuseaux horaires, qui ont provoqué des perturbations dans les vols internationaux ou des institutions liées à l’étranger, de nombreux pays étant passés à l’heure d’été dimanche.

Les deux principaux partis chrétiens, les Forces Libanaises et le Courant National Libre, s’étaient également élevés contre la décision du Premier ministre.

M. Mikati, un musulman sunnite à la tête d’un cabinet démissionnaire, dirige de facto le pays depuis que le mandat du président de la République, un chrétien maronite, a expiré il y a près de cinq mois.

« Soyons clairs. Le problème n’est pas l’heure d’hiver ou d’été (…) le problème est la vacance de la présidence de la République », a souligné M. Mikati, appelant les députés à assumer leurs responsabilités et à élire un président.

Profondément divisé, le Parlement s’est déjà réuni à 11 reprises sans pouvoir s’entendre sur l’élection d’un président.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.