Le livre de prières juives de Marilyn Monroe aux enchères
Rechercher

Le livre de prières juives de Marilyn Monroe aux enchères

Les enchères de ce Siddour, qui avait été utilisé par l'actrice après sa conversion au judaïsme avant son mariage avec l'écrivain Arthur Miller, commencent à 4 600 dollars

L'actrice américaine Marilyn Monroe et son époux, le romancier Arthur Miller, à l'aéroport de Londres, le 14 juillet 1956 (Crédit : Fox Photos/Hulton Archive/Getty Images)
L'actrice américaine Marilyn Monroe et son époux, le romancier Arthur Miller, à l'aéroport de Londres, le 14 juillet 1956 (Crédit : Fox Photos/Hulton Archive/Getty Images)

NEW YORK (JTA) — Un objet ayant appartenu à Marilyn Monroe est mis aux enchères – et il est pour le moins inattendu. Le mois prochain, un ou une fan chanceuse de feu l’actrice pourra acquérir un livre de prières juives, ou siddour, qui lui appartenait.

Ce livre de couleur crème, qui a été publié en 1922, sera vendu le 12 novembre aux enchères par la maison J. Greenstein & Co. de Cedarhurst, à Long Island. L’enchère de départ a été fixée à 4 600 dollars.

Monroe s’était convertie au judaïsme en 1956, avant son mariage avec l’écrivain juif américain Arthur Miller. Même si le couple devait divorcer cinq ans plus tard, la star avait indiqué qu’elle n’allait pas abandonner sa nouvelle religion.

Le rabbin Robert Goldburg de la Congrégation Mishkan Israel de New Haven, dans le Connecticut, qui avait supervisé sa conversion et qui avait officié lors de son mariage avec Miller, avait expliqué qu’elle lui avait dit vouloir rester juive.

Le siddour est vendu par son propriétaire actuel, un Américain vivant en Israël et qui l’avait acheté en 1999, a fait savoir le Jewish Chronicle. Le livre de prières a été une première fois proposé aux enchères en 2017 mais il n’avait pas trouvé d’acquéreur.

Le Siddur personnel de Marilyn Monroe, vendu aux enchères par la maison J. Greenstein & Co. (Crédit : J. Greenstein & Co. via JTA)

Monroe semble avoir utilisé ce siddour. La description de l’objet précise qu’il contient des notes « apparemment écrites de sa main » et que la reliure est presque détachée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...