Le Luxembourg demande à l’UE de débattre de la reconnaissance de la Palestine
Rechercher

Le Luxembourg demande à l’UE de débattre de la reconnaissance de la Palestine

"Une façon d'aider à sauver cette solution serait de créer une situation plus équitable pour les deux parties," a écrit Jean Asselborn

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn arrive pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE au bâtiment Europa à Bruxelles, le lundi 26 février 2018. (Crédit :  AP / Virginia Mayo)
Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn arrive pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE au bâtiment Europa à Bruxelles, le lundi 26 février 2018. (Crédit : AP / Virginia Mayo)

Le chef de la diplomatie du Luxembourg, Jean Asselborn, a demandé lundi à ses homologues de l’Union européenne (UE) un débat sur la reconnaissance de la Palestine pour aider selon lui à sauver la solution à deux Etats mise en péril par les implantations israéliennes.

« Nous assistons, jour après jour, au démantèlement de la solution à deux États, pièce par pièce. La viabilité de cette solution est érodée par les activités de peuplement, les démolitions, les confiscations et les déplacements forcés, qui sont tous illégaux en vertu du droit international, en particulier la quatrième Convention de Genève », a-t-il déclaré dans un courrier adressé au chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, dont l’AFP a pris connaissance.

« Une façon d’aider à sauver cette solution serait de créer une situation plus équitable pour les deux parties. À cet égard, je pense qu’il est temps d’entamer un débat au sein de l’Union européenne sur l’opportunité d’une reconnaissance de l’État de Palestine par tous ses États membres », a-t-il préconisé.

Jean Asselborn a fait parvenir lundi une copie de cette lettre à chacun de ses homologues de l’UE au cours d’une réunion à Bruxelles et demandé à Josep Borrell d’organiser ce débat « dans le cadre d’une prochaine session du Conseil Affaires étrangères de l’Union européenne ».

« La reconnaissance de la Palestine en tant qu’État ne serait ni une faveur, ni un chèque en blanc, mais une simple reconnaissance du droit du peuple palestinien à son propre État », plaide-t-il.

« Elle ne serait en aucun cas dirigée contre Israël. En effet, si nous voulons contribuer à résoudre le conflit entre Israël et la Palestine, nous ne devons jamais perdre de vue les conditions de sécurité d’Israël, ainsi que la justice et la dignité du peuple palestinien », affirme-t-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...