Le maire travailliste de Londres rejoint la lutte contre l’antisémitisme
Rechercher

Le maire travailliste de Londres rejoint la lutte contre l’antisémitisme

Citant sa propre exclusion en tant que musulman, Sadiq Khan soutient l’initiative co-signée par plus de 400 dirigeants municipaux de 30 pays

Sadiq Khan pendant sa cérémonie de prestation de serment en la cathédrale Southwark, dans le centre de Londres, le 7 mai 2016. (Crédit : AFP/Pool/Yui Mok)
Sadiq Khan pendant sa cérémonie de prestation de serment en la cathédrale Southwark, dans le centre de Londres, le 7 mai 2016. (Crédit : AFP/Pool/Yui Mok)

Le nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, a soutenu un pacte co-signé par des dizaines de maires européens et américains pour combattre l’antisémitisme.

Khan, politicien travailliste et musulman qui a été élu le 5 mai maire de Londres à une large majorité, a récemment informé le Conseil des députés juifs de Grande-Bretagne de sa décision de rejoindre l’initiative des Maires unis contre l’antisémitisme, a annoncé le Conseil dans un communiqué publié jeudi.

Le Conseil et deux autres groupes juifs se sont rapprochés de Khan pour qu’il signe l’initiative, qui a été soutenue par plus de 90 maires de 20 pays d’Europe, selon le communiqué.

« Je suis fier de signer le pacte des Maires unis contre l’antisémitisme et j’encouragerai d’autres maires du pays et d’Europe à faire de même, pour aider à envoyer partout un message : l’antisémitisme est totalement inacceptable et ne peut jamais être justifié », a déclaré Khan dans un communiqué envoyé par le Conseil.

« Malheureusement, pour beaucoup de Londoniens, l’antisémitisme est un problème très présent. En tant que musulman britannique, je connais la discrimination et les préjudices. »

Développée par le Comité juif américain (AJC) en juillet 2015 et lancée en Europe cette même année, l’initiative a reçu sa première signature européenne de la maire de Paris Anne Hidalgo, suivie par ses homologues de Francfort, Madrid, Milan et Copenhague.

Au total, 150 maires de 30 pays ont signé en Europe, et plus de 300 maires des 50 états américains soutiennent aussi le projet.

Le maire de Londres, Sadiq Khan (à gauche) et le grand rabbin d'Angleterre Ephraïm Mirvis, avant la commémoration de Yom HaShoah par la communauté juive du Royaume-Uni, à Barnet, au nord de Londres, le 8 mai 2016. (Crédit : AFP / LEON NEAL)
Le maire de Londres, Sadiq Khan (à gauche) et le grand rabbin d’Angleterre Ephraïm Mirvis, avant la commémoration de Yom HaShoah par la communauté juive du Royaume-Uni, à Barnet, au nord de Londres, le 8 mai 2016. (Crédit : AFP / LEON NEAL)

Khan a condamné les membres de son propre parti qui ont eu des propos antisémites et anti-Israël. Ce poison au sein du Labour a exposé le parti à un examen attentif des médias anglais, et des membres du parti qui accusent leur dirigeant, Jeremy Corbyn, d’avoir soit échoué à arrêter soit d’avoir encouragé l’antisémitisme et l’antisionisme par son soutien dans le passé au Hamas et au Hezbollah, et sa réticence perçue pour admettre que le Labour avait un problème d’antisémitisme.

« L’antisémitisme est un des plus grands défis qu’affrontent les juifs à Londres et dans le pays », a déclaré Jonathan Arkush, président du Conseil des députés juifs de Grande-Bretagne, dans un communiqué sur le serment de Khan. Arkush avait ajouté que « cela donne un ton très positif, qui, nous l’espérons, sera répliqué tout au long du mandat de Khan. »

Avec de récentes préoccupations « exprimées sur les affaires courantes au sein du Labour britannique concernant l’antisémitisme, c’est un développement particulièrement accueilli et important, puisqu’il est un membre important du Labour », a déclaré au sujet de Khan, David Harris, président de l’AJC.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...