Le marié du “mariage de la haine” accusé d’abus sur un chien
Rechercher

Le marié du “mariage de la haine” accusé d’abus sur un chien

Yakir Ashbal et 3 autres accusés de cruauté envers les animaux, sur la base de preuves rassemblées pendant l’enquête sur la vidéo du mariage

Des extrêmistes de droite juifs célébrant lors d'un mariage les meurtres de la famille Dawabsha (Capture d'écran: Dixième chaîne)
Des extrêmistes de droite juifs célébrant lors d'un mariage les meurtres de la famille Dawabsha (Capture d'écran: Dixième chaîne)

L’enquête sur le marié qui est devenu tristement célèbre le mois dernier lorsque des invités de son mariage ont été filmés en train de célébrer la violence contre les Palestiniens a mené à son inculpation, aux côtés de trois autres personnes, pour des accusations de cruauté envers les animaux.

Selon les accusations, qui font référence à un évènement survenu il y a trois ans, Yakir Ashbal et ses amis ont attaché une chaîne en fer au cou d’un chien dans l’avant-poste illégal de Ramat Migron. Les quatre ont attaché l’autre bout de la chaîne à un arbre. L’un des quatre a ensuite tiré sur la chaîne, étouffant le chien et le forçant à se tenir sur ses pattes arrière, alors que les autres l’applaudissaient.

Ils ont ensuite jeté une pierre sur le chien, le touchant à la tête, avant qu’il ne réussisse à s’échapper.

Selon la Dixième chaîne, l’incident a été mis en lumière après la confiscation par la police des ordinateurs et des téléphones portables des suspects, dans le cadre de l’enquête sur la vidéo du mariage.

L’un des quatre suspects est également soupçonné d’incendies volontaires contre des Palestiniens.

Le mariage d’Ashbal a fait les gros titres en décembre après la diffusion d’une vidéo montrant des douzaines d’activistes de droite célébrant l’attaque incendiaire de Duma qui a tué trois membres d’une famille palestinienne.

Plusieurs personnes ont été détenues, dont Ashbal lui-même, dans le cadre de l’enquête sur cet incident, dans lequel des invités du mariage ont dansé avec des armes, des couteaux, et un faux cocktail Molotov.

La vidéo, diffusée par la Dixième chaîne, montrait également des invités tenant une photo du bébé Ali Dawabsha, qui a été brûlé à mort dans l’attaque du 31 juillet, et poignardant à plusieurs reprises cette photo.

La foule vue dans la vidéo chantait les paroles d’une chanson qui inclut un verset des Juges 16:28, citant Samson, aveuglé à Gaza, déclarant « pour que je me venge des Philistins en une seule vengeance pour mes deux yeux », mais en changeant le mot Philistins en Palestine.

Avant son arrestation, Ashbal avait affirmé qu’il n’était pas au courant des célébrations du meurtre à son mariage.

« Je ne l’ai même pas vu. A mon mariage, j’étais dans les nuages, pas sur terre du tout », avait déclaré Ashbal à la Dixième chaîne.

Il a trouvé la vidéo « choquante », mais a souligné qu’ « il y avait environ 600 personnes à mon mariage, et ce n’est pas quelque chose auquel j’ai donné mon accord. Il y a avait un million de gens. Je ne contrôle pas ce qu’il se passe à mon mariage. Je ne suis que le marié, je n’ai même pas payé pour le photographe ou le chanteur. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...