Le Mexique appelle Israël à coopérer pour extrader un ex fonctionnaire
Rechercher

Le Mexique appelle Israël à coopérer pour extrader un ex fonctionnaire

Tomas Zerón est accusé par les autorités mexicaines d'enlèvement, de torture et de falsification de preuves dans le cadre de l'enquête sur la disparition de 43 étudiants en 2014

La fiche Interpol de Tomas Zeron, accusé d'irrégularités dans l'enquête qu'il dirigeait sur la disparition en 2014 de 43 étudiants mexicains. (Interpol)
La fiche Interpol de Tomas Zeron, accusé d'irrégularités dans l'enquête qu'il dirigeait sur la disparition en 2014 de 43 étudiants mexicains. (Interpol)

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a appelé jeudi Israël à coopérer avec son pays dans le respect des droits de l’homme à propos de l’extradition de l’ancien fonctionnaire Tomás Zerón, recherché par la justice.

« J’espère que le gouvernement d’Israël agira dans le respect des droits de l’homme, car l’extradition de ce haut-fonctionnaire est demandée, entre autres, pour ses actes de torture », a déclaré le président lors de sa conférence de presse matinale quotidienne.

Zerón, qui était à la tête de l’agence d’investigations criminelles de l’ancien bureau du Procureur général, est accusé par les autorités mexicaines d’enlèvement, de torture et de falsification de preuves dans le cadre de l’enquête sur la disparition de 43 étudiants en 2014.

L’ancien haut fonctionnaire est également accusé par les procureurs mexicains d’avoir détourné quelque 50 millions de dollars de fonds publics dans le cadre d’une autre affaire.

Demandeur d’asile en Israël depuis deux ans, Zerón affirme que les accusations sont fabriquées de toutes pièces.

M. Lopez Obrador a toutefois déclaré qu’il attendait du gouvernement israélien qu’il agisse en conséquence.

« Qu’ils s’en tiennent à une politique de respect des droits de l’homme », a-t-il insisté.

Le président a démenti des informations selon lesquelles le processus d’extradition serait bloqué en raison de conflits diplomatiques prétendument liés à la position du Mexique sur le conflit israélo-palestinien.

Le ministre des Affaires étrangères « Marcelo Ebrard a envoyé une note en ce sens au gouvernement israélien et à l’ambassadeur d’Israël au Mexique, a indiqué M. Lopez Obrador.

Zerón est soupçonné d’être mêlé à l’affaire des 43 étudiants d’Ayotzinapa (Guerrero, sud), selon la version présentée en janvier 2015 par le gouvernement d’Enrique Peña Nieto (2012-2018) et qui a été rejetée par les proches des victimes.

Fin avril, le bureau du procureur avait émis un nouveau mandat d’arrêt à l’encontre de l’ancien fonctionnaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...