Rechercher

Le ministère de la Santé met à jour les directives pour les vaccins contre la polio

Sharon Alroy Preis a avancé à 6 semaines l'âge de la première dose et estime qu’il y a au moins des dizaines d’autres cas asymptomatiques

Le Dr Sharon Alroy-Preis, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, s'exprime lors d'une conférence de presse à Jérusalem sur les nouvelles restrictions relatives aux coronavirus, le 12 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Dr Sharon Alroy-Preis, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, s'exprime lors d'une conférence de presse à Jérusalem sur les nouvelles restrictions relatives aux coronavirus, le 12 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un haut responsable a annoncé lundi que le ministère de la Santé mettait à jour ses recommandation sur le calendrier vaccinal contre la poliomyélite, après qu’un cas a été découvert en Israël, pour la première fois en plus de 30 ans.

La docteure Sharon Alroy-Preis, directrice de la santé publique du ministère, a déclaré que les parents à Jérusalem et dans les environs devraient faire vacciner leur enfant, afin qu’il reçoive sa première dose à l’âge de six semaines, et la deuxième à douze semaines.

« À l’heure actuelle, notre priorité est de veiller à ce que tous les enfants, principalement dans le district de Jérusalem, soient dans la meilleure situation possible en matière de vaccination », a-t-elle déclaré, notant la recommandation du ministère selon laquelle les enfants devraient recevoir les quatre doses de vaccin avant leur premier anniversaire.

Selon le ministère de la Santé, une forme mutante du virus — qui peut causer des maladies chez les personnes non vaccinées — a été découverte chez un garçon de 4 ans à Jérusalem qui n’avait pas été vacciné contre la maladie.

Un enfant se fait vaccinner contre la polio dans un bureau de ministère de la Santé de Beer Sheva le 5 août 2013 (Crédit: Dudu Greenspan/Flash90)

Le cas a été considéré comme le premier diagnostic de poliomyélite depuis 1989, après qu’Israël a en grande partie éradiqué la maladie par une campagne d’inoculation quasi-systématique.

Alroy-Preis a encouragé les familles à faire vacciner leurs enfants contre la poliomyélite et a déclaré qu’il y avait probablement des dizaines, voire des centaines de cas asymptomatiques de la maladie. S’appuyant sur des analyses d’échantillons d’eaux usées, elle a déclaré que la maladie n’était présente que dans la région de Jérusalem, mais a appelé à des tests d’eaux usées plus larges pour s’assurer qu’elle ne s’est pas propagée à d’autres régions.

Des traces du virus ont été trouvées dans des échantillons d’eaux usées en Israël de temps à autre, mais n’ont pas abouti à des cas cliniques depuis plusieurs décennies.

« Nous ne nous attendons pas à ce qu’il y ait une vague d’enfants présentant des symptômes, mais nous savons que le virus circule », a déclaré Alroy-Preis. « Un enfant vacciné est [un enfant] protégé. »

Elle a également noté que le bureau de la santé de Jérusalem a ouvert une enquête épidémiologique sur le cas et communiquera avec toute personne qui est récemment entrée en contact avec l’enfant infecté.

Comme une grande partie du monde, Israël administre des vaccins antipoliomyélitiques aux enfants dans le cadre de son régime vaccinal standard.

La poliomyélite se propage principalement d’une personne à l’autre ou par l’eau contaminée. Il attaque le système nerveux et peut parfois paralyser la personne en quelques heures. La maladie atteint surtout les enfants de moins de 5 ans et a été largement éradiquée dans les pays développés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...