Le ministère de la Santé met en garde contre les dangers du chauffage au bois
Rechercher

Le ministère de la Santé met en garde contre les dangers du chauffage au bois

Le ministère de la Protection de l'environnement a averti que cela peut être dangereux tant du point de vue de l'environnement que de la santé

Illustration : un de cheminée (Crédit : Carol A Hudson ; iStock par Getty Images)
Illustration : un de cheminée (Crédit : Carol A Hudson ; iStock par Getty Images)

Envie d’oublier l’hiver et de vous blottir devant un feu de cheminée ? Pensez-y à deux fois.

Le ministère de la Protection de l’environnement a averti que cela peut être dangereux tant du point de vue de l’environnement que de la santé.

Mercredi, le ministère a lancé une campagne de sensibilisation, la ministre Gila Gamliel avertissant que « l’exposition à la pollution atmosphérique due à la combustion du bois peut nuire à ceux qui se trouvent à l’extérieur de la maison, mais aussi à ceux qui se trouvent à l’intérieur », ce qui représente un danger particulier pour les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes souffrant de problèmes cardiaques et pulmonaires, et les personnes âgées de 65 ans et plus.

Le ministère a déclaré que les feux en extérieur sont les formes de chauffage les plus sales, car ils libèrent des nanoparticules, du mercure et du monoxyde de carbone qui sont polluants. Viennent ensuite les feux de bois à l’intérieur, surtout ceux qui ne répondent pas aux normes requises.

Après les feux de bois viennent les foyers à combustible solide, les feux à granulés de bois et les chauffages au gaz. La méthode de chauffage préférée, d’un point de vue environnemental, est l’électricité, selon le ministère. Cela comprend les systèmes de chauffage et de climatisation combinés et les pompes à chaleur.

Un poêle à granulés de bois fermé. (Crédit : Hustvedt, Wikimedia, CC BY-SA.30)

Parmi les choses à faire et à ne pas faire publiées sur le site web du ministère (en hébreu et en anglais), il est recommandé à ceux qui se chauffent au bois de faire nettoyer régulièrement leurs systèmes, de les utiliser le plus brièvement possible, de ne pas ajouter de bois inutilement, de ne pas utiliser de bûches de plus de 15 centimètres de diamètre et de ne jamais laisser les cheminées ou les poêles à bois en mode « veille » pendant la nuit.

Le fait de laisser une flamme basse sans ajouter de nouveau bois et de fermer ensuite les fenêtres pour éviter d’avoir à allumer un nouveau feu le lendemain entraîne une mauvaise combustion et davantage de fumée.

Recommandant l’utilisation de granulés de bois secs ou de briques de bois sur les bûches, le ministère a averti les citoyens de ne pas brûler de bois transformé comme celui provenant de vieux meubles, panneaux ou planches de clôture et de ne jamais brûler de bois humide.

Le ministère a encouragé les autorités locales à adopter des règlements qui détermineraient quels systèmes de chauffage peuvent être utilisés dès la phase de planification de nouveaux logements résidentiels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...