Rechercher

Le ministère de l’Education renonce au programme de prévention du suicide

Un responsable a expliqué que le ministère de la Santé n'a pas fourni les fonds nécessaires pour continuer les activités d'identification et de soutien des personnes à risque

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Photo d'illustration : des élèves israéliens, le 27 août 2013 (Crédit : Yossi Zamir/Flash90/File)
Photo d'illustration : des élèves israéliens, le 27 août 2013 (Crédit : Yossi Zamir/Flash90/File)

Le ministère de l’Education a gelé lundi un programme national de prévention du suicide chez les jeunes après avoir fait savoir à ses organisateurs qu’il n’avait pas reçu le budget nécessaire de la part du ministère de la Santé pour maintenir le fonctionnement du service durant l’année scolaire 2019.

Cette nouvelle a été transmise après que Hana Shadmi, directrice du services de psychologie et de conseil au ministère de l’Education, a envoyé un courrier le mois dernier aux psychologues de district, superviseurs et directeurs d’établissements qui stipulait que les activités menées pour identifier les personnes à risques et pour les interventions auprès des publics concernés seraient suspendues, selon le site Walla.

Les groupes de formation vont cesser, il n’y aura plus d’évaluations faites auprès des élèves, et le ministère ne commencera plus aucune thérapie jusqu’à ce que la question de cette demande de budget soit résolue, a expliqué Shadmi.

Elle a noté qu’en 2018 – deuxième année de cette initiative – le ministère de la Santé n’avait pas transféré de budget pour le programme malgré des assurances données et une réunion de commission à la Knesset sur ce dossier. L’argent nécessaire pour garantir le bon fonctionnement du programme avait été d’abord rassemblé en prélevant des sommes sur d’autres budgets du ministère de l’Education.

Au mois d’octobre, il y avait eu des discussions entre les responsables du ministère de la Santé et des représentants du ministère de l’Education, selon elle. Il avait alors été proposé de donner au ministère de l’Education trois millions de shekels en faveur du programme – une somme insuffisante, selon Shadmi.

Le ministère de la Santé a expliqué dans un communiqué qu’il était actuellement en train de réexaminer son propre département de prévention du suicide et son fonctionnement, a fait savoir Walla.

« Le programme national de prévention du suicide est directement administré par le bureau du directeur-général-adjoint du ministère de la Santé », a fait savoir le communiqué. « Le ministère est en train de réaliser une évaluation générale des procédures en cours au sein de l’unité ».

Un rapport du Conseil national israélien de l’Enfance, diffusé en décembre 2017, avait révélé que 773 mineurs avaient été admis dans des hôpitaux, cette année-là, après une tentative de suicide, dont 306 âgés de moins de 14 ans. Sur le chiffre total, 608 étaient des filles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...