Le ministre des Affaires stratégiques envisage de fermer son propre ministère
Rechercher

Le ministre des Affaires stratégiques envisage de fermer son propre ministère

Michael Biton (Kakhol lavan) adopte la position du directeur général démissionnaire du ministère, qui préconise une fusion avec d'autres bureaux du gouvernement

Le député du parti Kakhol lavan, Michael Biton, à la Knesset, le 29 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le député du parti Kakhol lavan, Michael Biton, à la Knesset, le 29 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le ministre des Affaires stratégiques, Michael Biton, a déclaré mercredi qu’il envisageait de fermer son ministère et de l’intégrer à d’autres services gouvernementaux.

Quelques semaines seulement après avoir pris ses fonctions, M. Biton a déclaré qu’il avait décidé d’adopter la position du directeur général du ministère, Ronen Manelis, qui a annoncé sa démission mercredi, « pour mettre en œuvre un processus ordonné qui conduira à la fusion du ministère avec d’autres ministères et organes exécutifs ».

« J’étudie les différentes possibilités de mise en œuvre de sa recommandation », a tweeté M. Biton, membre du parti Kakhol lavan qui a pris la tête du ministère le 30 novembre dernier.

Toute décision de fermer le ministère nécessiterait l’approbation du gouvernement.

Le ministère des Affaires stratégiques a été créé en 2006 pour le leader du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, et fermé deux ans plus tard. Il a été rétabli en 2009 pour Moshe Yaalon, ministre du Likud. En 2015, le ministère a été chargé par le gouvernement de diriger les efforts pour contrer la campagne de boycott contre Israël et la délégitimation de l’État juif. C’est ce qu’il a fait depuis lors.

Il a été dirigé par Gilad Erdan en 2015-2020. Erdan est parti pour devenir ambassadeur d’Israël aux Nations unies au début de l’année avec la formation du nouveau gouvernement, et Orit Farkash-Hacohen, de Kakhol lavan, est devenue ministre. Farkash-Hacohen est partie au bout de six mois pour devenir ministre du Tourisme, laissant le poste à Biton.

Manelis, ancien porte-parole de l’armée israélienne, a été nommé directeur général du ministère en juin dernier.

L’ancien porte-parole de Tsahal, Ronen Manelis, s’exprime lors de la Leaders Conference de la Douzième chaîne à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Capture d’écran/Douzième chaîne)

Dans sa lettre de démission publiée mardi, M. Manelis a déclaré qu’il se retirait parce que « dans le cadre existant, je ne peux pas exercer mes responsabilités telles que je les conçois ». Il a déploré que, bien que Biton et Farkash-Hacohen aient soutenu sa proposition de réforme du travail du ministère, « les conditions objectives qui ont été créées » ont empêché la mise en œuvre de ce changement.

M. Biton est également ministre des Affaires civiles et sociales au sein du ministère de la Défense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...