Casino à Eilat : le ministre du Tourisme passe à la vitesse supérieure
Rechercher

Casino à Eilat : le ministre du Tourisme passe à la vitesse supérieure

Yariv Levin rencontre des responsables officiels afin de passer en revue un plan formel pour le complexe hôtelier et de jeu de la ville touristique du sud d'Israël

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Photo d'illustration d'un casino (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Photo d'illustration d'un casino (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le ministre du Tourisme Yariv Levin devait rencontrer des responsables officiels ce mercredi afin de jeter un coup d’œil aux options permettant d’établir un complexe de casinos dans la ville portuaire du sud d’Israël, Eilat, avec l’espoir de présenter un plan viable au gouvernement plus tard cette année.

Les membres du comité ayant pour tâche d’étudier la possibilité d’établir des casinos en Israël devaient être présents, avec parmi eux les directeurs du bureau du Premier ministre et du ministère des Finances, le maire de la ville d’Eilat Meir Yitzhak Halevi, et d’autres officiels de haut rang issus de différents ministères du gouvernement.

Le but du comité est de produire en l’espace de trois mois un mémorandum pour une proposition de loi permettant d’établir une zone hôtel-casino à Eilat, a rapporté la radio de l’armée, sur la base d’un document dont elle a dit qu’il circulait au sein du gouvernement.

Les casinos sont illégaux en Israël, et les services de paris sportifs ne sont autorisés que via Mifal HaPayis, l’organisation de loterie nationale.

« C’est un processus essentiel. Eilat ne peut pas rivaliser dans le monde du tourisme sans au moins de nouveaux hôtels », a affirmé Levin à la radio. « Le casino n’est pas le but – c’est le moyen ».

Levin a noté qu’aucun nouvel hôtel n’avait ouvert à Eilat depuis plus d’une décennie.

Le mémorandum va identifier le lieu où le complexe du casino pourrait être établi, les conditions pour l’obtention d’une licence, et les limites pour les entrées des citoyens israéliens. Sont également étudiés les limites des paris, le nombre de visites qu’une personne peut faire, et le temps que les visiteurs pourront passer à l’intérieur du casino pour une session.

Un rapport du ministère du Tourisme a révélé qu’il serait viable économiquement d’ouvrir deux à quatre casinos, chacun étant également pourvu d’un centre de conférences adjacent et d’un hôtel de haut standing, ajoutant un total de 4 000 chambres d’hôtel à Eilat.

Le rapport a estimé que les casinos permettraient une augmentation du tourisme à Eilat de 15 %, que la dépense moyenne par joueur de casino serait de 160 dollars (140 euros), et que le projet créerait 11 000 emplois.

Photo d'illustration d'un Mifal Hapayis à Jérusalem (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Photo d’illustration d’un Mifal Hapayis à Jérusalem (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La réunion de Levin s’est produite alors qu’émergeaient des échos médiatiques mentionnant que le ministre des Finances Moshe Kahlon, qui s’oppose au plan du casino, avait adopté les recommandations d’un comité dirigé par son ministère appelant au retrait de centaines de machines à sous gérées par la compagnie de la loterie nationale dans ses centres de jeux à travers le pays. Kahlon a ajouté que les machines sont situées dans des zones de développement économique plus faibles et s’apparentent donc à du jeu comparable au casino.

« La chose juste à accomplir est de retirer les jeux d’argent des endroits où ils sont accessibles à la population et de les transférer vers un complexe contrôlé », a affirmé Levin mercredi lorsqu’on lui a posé la question à propos de l’interdiction des machines à sous, et a prédit que la plupart des jeux d’argent seraient le fait de touristes.

Mifal Hapayis a affirmé qu’il va se conformer à la décision qui fera l’objet d’un accord du gouvernement quelle qu’elle soit, concernant les machines à sous, dont le rendement est estimé au tiers du revenu total annuel de la compagnie, soit 5 milliards de NIS (1,15 milliards d’euros), a rapporté la Deuxième chaîne.

Les casinos en Israël font l’objet de débats depuis des décennies, et leur concept même fait toujours face à une lutte acharnée contre à la fois la coalition et des députés de l’opposition.

Bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu soutienne cette idée, des partenaires de la coalition comme YaHadout HaTorah, HaBayit HaYehudi et Shas – trois partis ayant une base religieuse ou ultra-orthodoxe – y sont complètement opposés. En plus de Kahlon, le ministre des Affaires sociales Haim Katz rejette également les casinos, comme c’est le cas de tous les partis de l’opposition parlementaire.

Le parti Yisrael Beytenu, qui a récemment rejoint la coalition, a affirmé sur la radio de l’armée qu’il élaborerait une position sur le sujet lorsqu’une vraie proposition serait présentée.

Cependant, Levin a ajouté qu’il demeurait optimiste concernant le fait que lorsque les députés réaliseraient le genre de supervision stricte qui sera appliquée aux casinos, ainsi que les bénéfices qu’en retirera Eilat, un nombre suffisamment important d’entre eux changera d’avis pour former une majorité à la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...