Rechercher

Le Mossad aurait déjoué 12 attaques contre des Israéliens en Turquie depuis 2020

Après la récente opération présumée déjouée en Iran, certains hommes d'affaires israéliens auraient été sommés d'être extrêmement prudents

Sur cette photo du 13 octobre 2014, un homme montre un drapeau de l'EI dans une librairie islamique du quartier de Fatih à Istanbul (AP Photo/Emrah Gurel)
Sur cette photo du 13 octobre 2014, un homme montre un drapeau de l'EI dans une librairie islamique du quartier de Fatih à Istanbul (AP Photo/Emrah Gurel)

L’agence de renseignements israélienne du Mossad aurait aidé à déjouer 12 complots visant à commettre des attentats terroristes contre des Israéliens en Turquie au cours des deux dernières années, a rapporté samedi la Douzième chaîne.

La chaîne, qui n’a pas cité de source, a reconnu les liens entre le Mossad et l’Organisation nationale du renseignement (MIT) de Turquie, qui, selon elle, se sont renforcés ces dernières années malgré les relations diplomatiques tendues entre les deux pays.

La plupart des attentats signalés étaient liés au groupe terroriste djihadiste de l’État islamique et visaient des hommes d’affaires et d’autres Israéliens séjournant en Turquie.

Le communiqué a été diffusé un jour après que les médias turcs et un homme d’affaires israélien basé en Turquie ont annoncé la découverte d’un complot iranien pour l’assassiner.

Cela survient également après de récentes informations en Turquie sur l’inculpation de 16 espions présumés du Mossad.

David Barnea, chef du Mossad, lors d’une cérémonie marquant son arrivée à la tête de l’agence, le 1er juin 2021. (Kobi Gideon/GPO)

La Douzième chaîne a cité des informations des médias turcs selon lesquelles une délégation de hauts responsables israéliens s’est rendue en Turquie ces derniers jours.

La chaine a émis l’hypothèse que l’un des participants était le chef du Mossad, David Barnea, qui, selon le communiqué, supervise personnellement les relations de renseignement avec la Turquie.

Selon les mêmes sources, des hommes d’affaires israéliens ont récemment été invités à changer leurs habitudes et à être particulièrement prudents par crainte d’être également pris pour cible.

Vendredi, les médias turcs ont déclaré que le MIT avaient contrecarré un plan iranien visant à assassiner un homme d’affaires israélien dans le pays.

La cible visée, Yair Geller, a confirmé les informations.

Les autorités ont mené une opération ces derniers jours pour arrêter huit suspects dans cette affaire, selon le journal Sabah et de nombreux autres médias.

Une femme passe devant un panneau en hommage au scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh dans la capitale iranienne de Téhéran, le 30 novembre 2020. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

La tentative d’assassinat était planifiée en représailles à celui du physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, fin 2020 près de Téhéran, affirme le journal Sabah citant des sources de sécurité.

La mort de Fakrizadeh, scientifique de haut niveau, avait été largement attribuée à Israël qui le soupçonnait d’être le père du programme nucléaire iranien. Ankara avait alors condamné cet « un acte de terrorisme », fragilisant ainsi les relations entre Ankara et Jérusalem.

Ce complot serait la dernière tentative présumée en date de l’Iran d’assassiner un homme d’affaires israélien à l’étranger. En novembre, les autorités chypriotes ont porté plainte contre six suspects pour avoir prétendument planifié d’attaquer des cibles israéliennes sur l’île de la Méditerranée orientale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...