Le musée de l’Holocauste américain condamne l’attaque contre des Roms ukrainiens
Rechercher

Le musée de l’Holocauste américain condamne l’attaque contre des Roms ukrainiens

Des Roms ont été accusés à tort et forcés de fuir leurs maisons après des émeutes d’habitants, qui demandent l’expulsion de la communauté

Le musée du Mémorial l'Holocauste des Etats-Unis, à Washington. (Crédit : CC BY-SA/AgnosticPreachersKid)
Le musée du Mémorial l'Holocauste des Etats-Unis, à Washington. (Crédit : CC BY-SA/AgnosticPreachersKid)

Le musée mémorial de l’Holocauste des Etats-Unis a condamné l’attaque contre des villages roms dans le sud de l’Ukraine.

Des douzaines de Roms ont fui leurs maisons du village de Loshchynivka quand une foule de villageois a détruit leurs propriétés et mis le feu à au moins une maison dimanche soir. L’attaque de la foule s’est produite après l’arrestation d’un local samedi, en lien avec le viol et le meurtre d’une fillette de neuf ans.

Alors que les villageois pensaient que l’homme arrêté était Rom, l’association de défense des droits de l’Homme ukrainienne Kharkiv a déclaré que ce n’était pas le cas, a annoncé le New York Times. Les tensions entre Roms et non Roms du village étaient déjà intenses avant l’arrestation.

Des centaines de résidents auraient demandé l’expulsion des Roms, selon l’article. Les Roms cherchent à présent un endroit sûr où vivre.

« Le musée mémorial de l’Holocauste des Etats-Unis condamne fortement ces actes scandaleux. Il exhorte le gouvernement d’Ukraine et les autorités locales à protéger les Roms et les autres minorités menacées, et à développer des programmes pédagogiques et communautaires qui aideront à bâtir le respect de la diversité culturelle », a déclaré le musée dans un communiqué.

« Entre 1933 et 1945, Roms et Sinté ont grandement souffert en tant que victimes des nazis et de leurs alliés. Au final, entre 220 000 et 500 000 personnes sont mortes dans le génocide des peuples Rom et Sinté », a déclaré la directrice du musée, Sara J. Bloomfield.

« Malheureusement, le récent pogrom de Loshchynivka, en Ukraine, est l’un des nombreux actes de violence et d’expulsions forcées à l’encontre des Roms en Europe depuis 1945 », a-t-elle ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...