Le nouveau chef du Mossad fera face aux défis de l’EI et de l’Iran
Rechercher

Le nouveau chef du Mossad fera face aux défis de l’EI et de l’Iran

Yossi Cohen se confrontera à de nouvelles menaces et de nouvelles limitations, mais il dispose d’un large soutien dans le pays

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Yossi Cohen, l'ancien chef du Conseil de la sécurité nationale, quittant son domicile le matin après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que Cohen dirigera le Mossad, le 8 décembre 2015. (Crédit : Flash90)
Yossi Cohen, l'ancien chef du Conseil de la sécurité nationale, quittant son domicile le matin après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que Cohen dirigera le Mossad, le 8 décembre 2015. (Crédit : Flash90)

Dans sa nouvelle fonction en tant que chef du Mossad, Yossi Cohen sera confronté à la plupart des menaces et des dangers que ces prédécesseurs, l’Iran, le Hezbollah et l’antisémitisme mondial, mais aussi de nouvelles menaces. Son défi le plus important est le groupe terroriste de l’Etat islamique qui est rapidement devenu une force puissante du terrorisme international.

Bien que le combat contre Téhéran sera une bataille difficile, alors que les pays occidentaux cherchent à se rapprocher de l’Iran dans le sillage de l’accord nucléaire de cette année, Cohen profitera d’une assistance mondiale puisque presque chaque pays dans le monde cherche à détruire l’EI et à éviter des attaques terroristes.

En plus de son mandat de 3 ans en tant que chef du Conseil de Sécurité National, Cohen a travaillé dans l’agence d’espionnage depuis la fin de son service dans l’armée en 1980. Ayant servi en tant qu’assistant du directeur du Mossad de 2011 à 2013, Cohen était le choix logique et sans surprise pour remplacer Tamir Pardo, qui va quitter son poste le mois prochain.

L'actuel chef du Mossad Tamir Pardo (Crédit : David Vaaknin / POOL / FLASH90)
L’actuel chef du Mossad Tamir Pardo (Crédit : David Vaaknin / POOL / FLASH90)

A la suite de l’annonce de lundi soir, Pardo aurait appelé Cohen pour le féliciter de la nomination et commencer la période de transition. Cohen prendra la direction du Mossad le mois prochain.

Son parcours dans l’organisation s’est principalement déroulé dans le renseignement humain, ayant dirigé le département Tzomet, qui s’occupe des officers du Mossad. Cohen a déclaré mardi aux journalistes qui promettait de mener de « bonnes missions » et de rassembler des « informations de qualité » en tant que chef de l’agence.

Le Mossad a trois missions principales : la collecte d’informations dans des pays étrangers, les missions sous couverture pour contrecarrer et empêcher des attaques contre Israël depuis l’étranger, et la protection des Juifs dans le monde entier.

Un Iran plus puissant que jamais, qui aurait déjà augmenté ses livraisons d’armes pour le Hezbollah et d’autres organisations terroristes, va certainement occuper l’attention de l’agence sur ces deux premiers fronts.

L’Iran et son financement d’organisations terroristes ne constituent en rien une nouvelle menace, mais avec les coffres de la République islamique qui seront bientôt remplis grâce à la levée de sanctions et avec la stature internationale et l’image améliorée par l’accord sur le nucléaire iranien obtenu plus tôt cette année, Israël ne pourra pas mener des attaques contre l’Iran sans potentiellement provoquer la colère de ses alliés, y compris les Etats-Unis.

Avant même la signature du Plan d’Action Commun en juillet, les Etats-Unis avaient fait pression sur Israël pour arrêter de mener des missions contre l’Iran, spécifiquement des assassinats présumés d’au moins quatre scientifiques nucléaire du pays. Maintenant, de telles attaques ne feraient que compliquer les relations entre Washington et Jérusalem.

Pourtant, la menace contre le style de vie d’Israël et même son existence est bien réelle, et l’agence de renseignement sera peut-être forcée d’agir contre l’Iran.

Le Mossad sous Cohen devra donc marcher sur une corde raide pour assurer la sécurité immédiate de l’Etat juif tout en maintenant une relation positive avec ses alliés dans le domaine de la sécurité.

Une vidéo de l'Etat islamique montre l'exécution d'un présumé espion russe  (Crédit  : Capture d'écran YouTube)
Une vidéo de l’Etat islamique montre l’exécution d’un présumé espion russe (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Bien que le mois dernier le ministre de la Défense Moshe Yaalon ait rejeté la dangerosité de la menace de l’Etat islamique contre l’Etat d’Israël, le pseudo califat a déjà revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques terroristes dans des villes européennes et aux Etats-Unis. Et ne semble pas prêt de ralentir.

Alors que l’EI gagne en popularité et continue à inspirer des attaques terroristes en Occident, les communautés juives dans ces pays seront probablement une des cibles principales, déclarent les experts.

Eviter ces attaques ne sera pas simple. La structure décentralisée de l’organisation rend difficile de trouver des schémas qui indiquent l’imminence d’une attaque. Les attaques de Paris et San Bernadino, par exemple, ont été finalement revendiquées par l’EI, mais elles avaient peu de connexions avec l’état en puissance en Irak et en Syrie.

Lorsque les attaques sont menées par une cellule organisée, la communauté du renseignement peut suveiller les communications et les rencontres des suspects sous surveillance.

Des « loups solitaires », des terroristes agissant sans réseau, ne laissent pas de traces de données et de pistes que le Mossad et d’autres agences de renseignement peuvent surveiller, cela les rend plus difficile à arrêter avant qu’ils ne frappent.

En Israël, Cohen devra trouver un juste milieu entre maintenir sa relation personnelle proche avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, les deux ont grandi dans le même quartier de Jérusalem, et des différends professionnels occasionnels.

De nombreux chefs du Mossad se sont confrontés au Premier ministre au cours des dernières années, y compris publiquement comme Meir Dagan, dont l’animosité envers Netanyahu est bien connue. Le chef du service de sécurité du Shin Bet Yoram Cohen (aucune relation avec Yossi) se serait également confronté à Netanyahu lorsqu’il a informé le cabinet que son agence n’avait trouvé aucun lien entre le mouvement islamique, qu’Israël a récemment interdit, et le terrorisme.

Contrairement à la plupart des nominations dans le domaine de la sécurité, la décision de nommer Yossi Cohen a été prise par Netanyahu seul, puisque le Mossad agit sour l’autorité directe du Bureau du Premier ministre.

Si certains ont affirmé avec cynisme que Netanyahu avait choisi Cohen à la tête du Mossad afin d’avoir un visage ami à sa tête, la carrière irréprochable de Cohen dans l’organisation et les félicitations d’anciens directeurs ont fermé la porte à de telles insinuations.

« Yossi Cohen dispose d’une grande expérience, il a obtenu de bons résultats et a prouvé sa capacité dans de nombreux domaines au sein de l’organisation. Il a des capacités de chef et des compétences professionnelles qui sont les caractéristiques nécessaires de ceux qui devraient diriger l’organisation », a déclaré Netanyahu en annonçant son choix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...