Le Palestinien qui a poignardé des policiers cherchait une ‘mort en martyr’, selon les parties civiles
Rechercher

Le Palestinien qui a poignardé des policiers cherchait une ‘mort en martyr’, selon les parties civiles

Le réquisitoire affirme qu'Ayman Kurd, 20 ans, a rédigé plusieurs volontés avant de blesser 2 officiers le mois dernier à Jérusalem

La police israélienne monte la garde rue du sultan Souleymane, près de l'entrée de la porte d'Hérode de la Vieille Ville de Jérusalem, où un homme de Jérusalem Est a poignardé et blessé deux policiers israéliens, le 19 septembre 2016. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)
La police israélienne monte la garde rue du sultan Souleymane, près de l'entrée de la porte d'Hérode de la Vieille Ville de Jérusalem, où un homme de Jérusalem Est a poignardé et blessé deux policiers israéliens, le 19 septembre 2016. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

Un Palestinien qui a blessé à l’arme blanche le mois dernier deux agents de police à Jérusalem avait écrit dans un testament rédigé avant l’attaque qu’il cherchait une “mort en martyr”, selon un réquisitoire soumis jeudi à un tribunal de Jérusalem.

Ayman Kurd, 20 ans, de Jérusalem Est, avait poignardé les deux officiers à proximité de la Porte d’Hérode accédant à la Vieille Ville de Jérusalem le 19 septembre, blessant gravement une policière âgée de 38 ans et plus légèrement son collègue masculin de 47 ans.

Le policier était parvenu, malgré sa blessure, à riposter à l’arme à feu à plusieurs reprises et à blesser Kurd.
Le réquisitoire établit qu’avant de perpétrer l’attentat, Kurd avait inscrit plusieurs de ses volontés sur son téléphone.

“Ma mère, mon coeur, je t’en prie, ne pleure pas et ne sois pas en colère, prie plutôt pour moi, car je meurs en martyr. Je veux que toi et [ta soeur] organisiez une fête pour moi”, aurait-il dit, selon le réquisitoire, dans l’une de ses volontés, dont la teneur est rapportée par la Deuxième chaîne. « Soyez assurées que je n’ai pas fait cela à cause de qui que ce soit, mais seulement parce que je le voulais ».

Dans une autre volonté, Kurd a demandé à sa mère et à sa tante de le pardonner pour l’attaque, “et de me faire enterrer dans le cimetière des martyrs aux côtés de mon frère Ramzi.”

Selon le réquisitoire, le jeune homme, âgé de 20 ans, était arrivé à la porte de Damas à 7 heures 15 du matin, et s’était assis sur un banc en écoutant des versets du Coran, en quête d’une cible possible. Il avait également écrit un message d’adieu à son père via Facebook.

Kurd aurait commencé par poignarder l’un des officiers dans le haut du dos et à la nuque, puis serait passé au second, qu’il a fait chuter sur le sol avant de lui enfoncer le couteau dans la nuque à plusieurs reprises.
Kurd a été inculpé de deux chefs d’accusation de tentative d’assassinat.

Le placement en détention préventive du jeune homme jusqu’au terme de la procédure a été demandé au Tribunal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...