Le pape François va recevoir l’imam de la prestigieuse institution sunnite Al-Azhar
Rechercher

Le pape François va recevoir l’imam de la prestigieuse institution sunnite Al-Azhar

Ahmed Al-Tayeb, grand imam de la plus haute autorité de l'islam sunnite dans le monde va rencontrer le souverain pontife, marquant la fin du dégel entre les deux institutions

Ce montage de deux photos d'archives créé le 19 mai 2016 montre le pape François (à gauche) le 23 mai 2013 à la basilique Saint-Pierre au Vatican, et le Grand imam d'al-Azhar, Sheikh Ahmed al-Tayeb au siège d'al-Azhar, au Caire, le 11 octobre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE AND KENZO TRIBOUILLARD)
Ce montage de deux photos d'archives créé le 19 mai 2016 montre le pape François (à gauche) le 23 mai 2013 à la basilique Saint-Pierre au Vatican, et le Grand imam d'al-Azhar, Sheikh Ahmed al-Tayeb au siège d'al-Azhar, au Caire, le 11 octobre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE AND KENZO TRIBOUILLARD)

Le pape François va recevoir lundi pour la première fois au Vatican le cheikh Ahmed Al-Tayeb, grand imam d’Al-Azhar, plus haute autorité de l’islam sunnite dans le monde, a annoncé jeudi le porte-parole du Vatican.

« Cette audience est en préparation et elle est prévue pour lundi », a déclaré à l’AFP Federico Lombardi, sans donner plus de précisions sur l’entrevue avec le grand imam de cette institution sunnite basée au Caire.

Il n’y avait encore jamais eu de rencontre entre un pape et un grand imam d’Al-Azhar.

L’audience marquera aussi la fin du dégel entre l’institution sunnite et le Saint-Siège, dont les rapports sont très délicats depuis les propos controversés de Benoît XVI lors d’un discours à Ratisbonne (Allemagne) en 2006.

Les relations avaient même été complètement interrompues en 2011, la grande université du Caire ayant réagi avec force à une prise de position publique du pontife allemand après un attentat meurtrier contre une église copte orthodoxe d’Alexandrie.

Le dialogue a repris petit à petit après l’arrivée de François, avec l’envoi d’émissaires de part et d’autre.

En mars 2014, un représentant de la mosquée, Mahmoud Azab, avait ainsi participé à une initiative interconfessionnelle pour lancer un réseau de lutte contre toutes les formes d’esclavage moderne et de traite des personnes.

« Le dialogue n’a jamais été coupé, il était juste suspendu », avait-il alors assuré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...