Le parking effondré avait passé l’inspection en juin, a révélé l’enquête
Rechercher

Le parking effondré avait passé l’inspection en juin, a révélé l’enquête

Le site de construction où 3 ouvriers ont été tués à Tel Aviv lundi n’avait pas de « défauts significatifs »

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le PDG de Danya Cebus, Ronen Ginzburg, deuxième à gauche, lors d'une audience à la Knesset le 8 septembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le PDG de Danya Cebus, Ronen Ginzburg, deuxième à gauche, lors d'une audience à la Knesset le 8 septembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le parking qui s’est effondré plus tôt cette semaine à Tel-Aviv, tuant au moins trois ouvriers, a été inspecté en juin et ne posait pas de risques de sécurité « importants ». L’effondrement était dû à un problème d’ingénierie, a-t-on indiqué à un comité de la Knesset jeudi.

La commission du Travail, de la Sécurité Sociale et de la Santé jeudi a convoqué des représentants de la société de construction Danya Cebus, divers représentants du gouvernement et la police pour faire la lumière sur l’effondrement mortel de lundi du site de construction dans le quartier Ramat Hahayal.

Varda Edwards, le chef de l’Institut israélien du ministère de l’Economie pour la sécurité et l’hygiène au travail, a déclaré que le site de construction – qui était presque fini – n’avait pas de « défauts importants » quand il a été inspecté en juin.

« Il n’y avait pas de défauts importants », a-t-elle indiqué à la commission de la Knesset, décrivant l’ensemble comme une « inspection relativement bonne ».

Faisant écho à Edwards, le président de la société Danya Cebus a insisté sur le fait que chantier était conforme aux normes de sécurité du gouvernement.

Les secouristes sur le site d'un effondrement d'un parking dans le quartier de Ramat Hahayal  à Tel Aviv le 5 septembre 2016 (Crédit : FLASH90)
Les secouristes sur le site d’un effondrement d’un parking dans le quartier de Ramat Hahayal à Tel Aviv le 5 septembre 2016 (Crédit : FLASH90)

« Ce n’est pas une question de sécurité », a déclaré Ronen Ginsburg, ajoutant qu’un ingénieur avait supervisé le projet. « C’est un échec de l’ingénierie ».

Ginsburg a promis que son entreprise coopérerait pleinement avec la police. « Nous ne cacherons rien et nous allons remettre tous les matériaux nécessaires à l’enquête ».

Les détails de l’enquête étaient encore sous embargo jeudi et un représentant de la police présent à l’audience a refusé de commenter l’information selon laquelle une personne avait été arrêtée en relation avec l’accident.

L’officier de police Iris Barak a indiqué qu’il y avait suffisamment de preuves pour engager des poursuites mais a déclaré que l’enquête était encore en cours. Elle a également dit que la police pensait à l’ouverture d’une nouvelle unité de police pour les accidents de travail.

Amnon Cohen, un représentant du ministère du Logement, a exhorté l’Etat à sévir contre les responsables des accidents sur les chantiers de construction, notant qu’il y avait des centaines de morts au cours des dernières années mais que seulement six incidents ont donné lieu à des actes d’accusation pour négligence ou homicide involontaire.

« Un travailleur ne fait pas que juste mourir sur un chantier de construction. Ce n’est pas toujours la faute de l’entrepreneur, mais parfois ça l’est », a-t-il expliqué.

L’identité de deux victimes tuées dans l’effondrement a été révélée mercredi : il y a eu Oleg Yakubov, âgée de 60 ans de Tel Aviv, et Dennis Diatzniko, 28 ans, un ressortissant ukrainien employé en Israël.

L’identité de la troisième victime, Ihad Ajhaj, 34 ans, de Beit Rima, au nord-ouest de Ramallah, a été rendue publique mardi.

Les trois ouvriers étaient encore ensevelis sous les décombres du parking souterrain de quatre étages mercredi et l’espoir s’amenuisait pendant que les centaines de secouristes creusaient pour les sortir en vie.

La famille d’Oleg Yakubov a déclaré mercredi que son corps ne leur avait pas encore été rendu car ils ne pouvaient pas se permettre de payer pour ses funérailles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...