Le Parlement autrichien condamne à l’unanimité les boycotts anti-Israël
Rechercher

Le Parlement autrichien condamne à l’unanimité les boycotts anti-Israël

La résolution sur "l'antisémitisme lié à Israël" impose au gouvernement de ne pas soutenir les campagnes de désinvestissement de quelque manière que ce soit

Façade du bâtiment du Parlement autrichien à Vienne (Crédit : Manfred Werner / Tsui -  CC BY SA 3.0)
Façade du bâtiment du Parlement autrichien à Vienne (Crédit : Manfred Werner / Tsui - CC BY SA 3.0)

Le Parlement autrichien a adopté jeudi à l’unanimité une résolution qui demande au gouvernement de condamner le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.

Les cinq partis représentés au Conseil national autrichien – dont les Verts et le Parti de la liberté d’extrême droite – ont soutenu le texte de la résolution « Antisémitisme lié à Israël », qui demande au gouvernement de « condamner fermement le mouvement BDS et ses objectifs, en particulier l’appel au boycott des produits, entreprises, artistes, scientifiques ou athlètes israéliens ».

« Le Conseil national condamne énergiquement toutes les formes d’antisémitisme, y compris celui lié à Israël, et appelle le gouvernement fédéral à lutter contre ces tendances avec détermination et en conséquence », stipule la résolution.

Vienne ne devrait pas fournir d’infrastructure aux organisations qui font des déclarations antisémites ou qui remettent en question le droit d’Israël à exister, selon la résolution. En outre, le gouvernement est appelé à « ne pas soutenir financièrement ou de toute autre manière » les événements organisés par le mouvement BDS ou les groupes qui poursuivent ses objectifs.

Le ministre des Affaires étrangères Israel Katz prononce un discours lors de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 26 septembre 2019 au siège des Nations Unies à New York. (Johannes EISELE / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères, Israel Katz, a salué la résolution, déclarant que « cette décision très ferme peut servir d’exemple à d’autres pays d’Europe et du monde entier ».

Katz a appelé les autres pays et Parlements « à suivre les traces de l’Autriche et à adopter des résolutions similaires ».

La résolution montre que l’Autriche « se tient du côté d’Israël – non pas à moitié, mais avec une conviction totale », a commenté le député européen autrichien Lukas Mandl dans une déclaration du Transatlantic Friends of Israel (TFI) de l’AJC.

« Israël est le partenaire clé de l’Europe au Moyen-Orient pour la sécurité, la coopération économique et la création d’emplois, et partage nos valeurs fondamentales d’État de droit et de démocratie », a souligné le député, qui préside le TFI, un groupe parlementaire multipartite qui se décrit comme « engagé dans le renforcement du partenariat trilatéral entre les États-Unis, Israël et l’Europe ».

Dans son long préambule, la résolution autrichienne affirme que le BDS s’est renforcé en Autriche ces dernières années et que le mouvement « suit des schémas antisémites ». Il diabolise Israël, applique un « double standard » à l’égard du pays et blâme les Juifs autrichiens pour sa politique.

En outre, il accuse le BDS de remettre en question le droit d’Israël à exister en exigeant un droit de retour pour les réfugiés palestiniens et tous leurs descendants, selon le document.

L’Autriche considère que toute forme d’antisémitisme est inacceptable, « et cela inclut bien sûr l’antisémitisme lié à Israël », souligne le préambule de la résolution, ajoutant que « les critiques factuelles de mesures individuelles prises par le gouvernement israélien resteront bien entendu recevables ».

En mai 2019, le Bundestag allemand a adopté une résolution similaire, dénonçant les méthodes du mouvement BDS comme étant antisémites et rappelant les appels au boycott des Juifs à l’époque nazie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...