Le Parlement européen lève l’immunité d’un eurodéputé du Front national
Rechercher

Le Parlement européen lève l’immunité d’un eurodéputé du Front national

Il est à reproché à Steeve Briois de ne pas avoir supprimé de sa page Facebook des commentaires d'autres personnes considérés comme "injurieux" par ce conseiller municipal

Steeve Briois, maire FN d'Hénin-Beaumont sur les résultats de son parti en Pas-de-Calais (Crédit : capture d'écran YouTube)
Steeve Briois, maire FN d'Hénin-Beaumont sur les résultats de son parti en Pas-de-Calais (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le Parlement européen a levé mardi l’immunité parlementaire de l’eurodéputé Steeve Briois, secrétaire général du parti d’extrême droite français Front National (FN), visé par une plainte pour injures publiques.

A l’issue d’un vote à main levée, les députés européens ont majoritairement accepté que soit levée l’immunité parlementaire du député européen français dans ce dossier.

Steeve Briois est l’objet d’une plainte pour « injures publiques envers un particulier » portée devant la justice française par un élu d’opposition dans la commune de Hénin-Beaumont (nord), dont le responsable FN est maire, a rappelé le Parlement européen.

Il lui est reproché de ne pas avoir supprimé de sa page Facebook des commentaires d’autres personnes considérés comme « injurieux » par ce conseiller municipal opposé à l’installation en décembre 2015 d’une crèche dans le hall de la mairie, installation jugée par ailleurs contraire à la loi sur la laïcité.

« La justice française se ridiculise : on demande la levée de mon immunité pour des commentaires sur un Facebook dont je ne suis ni le rédacteur ni le directeur de la publication », a réagi auprès de l’AFP M. Briois.

« Je vais évidemment gagner ce procès, mais on voit la priorité de la ministre de la Justice qui ferait mieux de s’occuper de l’explosion de l’insécurité dans notre pays”, a-t-il poursuivi.

Le Parlement européen a déjà levé dans le passé l’immunité de plusieurs autres responsables du FN à la demande de la justice française, dont celle en juin de la dirigeante de l’extrême droite Marine Le Pen pour une affaire de diffamation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...