Le père du travail social israélien meurt après avoir remporté le prix Bonei Zion
Rechercher

Le père du travail social israélien meurt après avoir remporté le prix Bonei Zion

Eliezer Jaffe a dirigé de nombreux programmes gouvernementaux pour aider les nécessiteux et a fondé le premier programme universitaire du pays sur le sujet

Eliezer Jaffe (Capture d'écran : Youtube)
Eliezer Jaffe (Capture d'écran : Youtube)

Eliezer Jaffe, considéré comme un père fondateur dans le domaine du travail social en Israël, est décédé à l’âge de 83 ans.

Jaffe, qui est mort jeudi, était l’un des fondateurs du premier institut universitaire de travail social en Israël, l’institut Paul Baerwald au sein de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Spécialisé dans la philanthropie et dans la gestion des organisations à but non lucratif, il a été le premier professeur d’études des organisations à but non-lucratif, de bénévolat et de philanthropie au Centraide -L. Jacques Menard à l’Université hébraïque et le co-président du centre de l’université d’études de la philanthropie à l’université hébraïque de Jérusalem. Il était professeur émérite de l’université hébraïque.

Plus d’une semaine avant sa mort, Jaffe a été le lauréat du Prix Bonei Zion venant récompenser les accomplissements d’une vie qui est remis chaque année par Nefesh BNefesh aux immigrants de pays anglophones en reconnaissance des contributions significatives qu’ils ont apporté à Israël.

Jaffe avait immigré en Israël depuis Cleveland dans l’Ohio en 1960, trois ans après un séjour en Israël en tant que bénévole dans un camp pour migrants connu sous le nom de maabarot. Lorsqu’il était arrivé au sein de l’état juif, il était diplômé en sociologie, en psychologie et en criminologie. Il avait également un doctorat en travail social obtenu à la Yeshiva University de New York, à l’université d’état de l’Ohio et à l’université de la Western Reserve de Cleveland.

Entre 1970 et 1972, à la demande du maire Teddy Kollek, il avait dirigé le département des services familiaux et communautaires à la mairie de Jérusalem, introduisant des réformes majeures aux niveaux administratif, conceptuel et dans des programmes, réformes qui continuent à être observées aujourd’hui à travers tout le pays.

Il a également été pendant de nombreuses années consultant auprès de plusieurs commissions ministérielles gouvernementales gérant les problèmes de pauvreté et des jeunes défavorisés et dirigées par le Premier ministre ou le président en place.

Il aurait été l’inventeur du concept du jumelage des fédérations communautaires juives aux Etats-Unis avec les communautés israéliennes défavorisées.

Il avait fondé un site Internet et écrit un livre intitulé : « Giving Wisely: The Israel Guide to Non-Profit Organizations » (donner de façon avisée : le guide israélien des organisations à but-non lucratif). L’ouvrage contenait les profils de presque 30 000 organisations israéliennes et à but non-lucratif.

Le site Internet a fermé il y a environ six ans après que le gouvernement israélien s’est emparé de la vérification des organisations à but non-lucratif, créant une version israélienne du manuel Guidestar, qui note les organisations à but non-lucratif.

Jaffe avait également fondé la Free Loan Association israélienne, qui aidait les nécessiteux et les nouveaux immigrants en octroyant des prêts sans intérêts, et passait également du temps à préparer des plans de remboursement personnels avec eux, ce qui permettait à d’autres de bénéficier de tels prêts.

Il laisse quatre enfants, des petits-enfants et d’autres membres de sa famille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...