Rechercher

Le père d’une Palestinienne blessée à Jérusalem interpelle la police israélienne

Le département des enquêtes internes de la police du ministère de la Justice va ouvrir une "enquête préliminaire" sur l'incident qui a hospitalisé Manwar Burqan

Manwar Burqan, 11 ans, après avoir été heurtée par une grenade assourdissante de la police, aux côtés de son père, à l'extrême gauche, et du député Meretz de gauche Mossi Raz, au centre, à l'hôpital Hadassah, le 1er mars 2021.(Crédit : Noa Pinto)
Manwar Burqan, 11 ans, après avoir été heurtée par une grenade assourdissante de la police, aux côtés de son père, à l'extrême gauche, et du député Meretz de gauche Mossi Raz, au centre, à l'hôpital Hadassah, le 1er mars 2021.(Crédit : Noa Pinto)

Manwar Burqan, une jeune fille sourde de 11 ans originaire de Jérusalem-Est, se rendait lundi après-midi à la mosquée Al-Aqsa pour prier avec sa famille lorsqu’une grenade assourdissante tirée par un officier de police l’a heurtée au visage, l’envoyant à l’hôpital.

Des milliers de Palestiniens s’étaient rassemblés à l’entrée de la vieille ville pour célébrer al-Israa wa al-Miraj. Cette fête célèbre le « voyage nocturne » du prophète de l’islam, Mohammed, de La Mecque à Jérusalem.

« Elle allait prier à Al-Aqsa avec sa mère et ses sœurs. Elles passaient juste par là – et c’est arrivé », a déclaré son père, Yaqoub Burqan. « Tout le monde va à Al-Aqsa pendant les vacances, et c’est plein de femmes et d’enfants ».

Le département des enquêtes internes de la police du ministère de la Justice, qui traite les allégations de bavures policières, a annoncé qu’il allait lancer une « enquête préliminaire » sur cette affaire.

Des affrontements entre Palestiniens et policiers avaient commencé en début d’après-midi près de la Porte de Damas. Selon la police, certains Palestiniens ont scandé des incitations à la haine et ont jeté des pierres et des bouteilles sur les policiers présents sur les lieux.

La police a dispersé des groupes de Palestiniens à l’aide de grenades assourdissantes et de jets de liquide chimique nauséabond à haute pression. Des dizaines de passants, dont des femmes, des enfants et un homme en fauteuil roulant, se sont mis à l’abri.

L’une des grenades assourdissantes a heurté le visage de Burqan, 11 ans. Les médecins l’ont immédiatement transportée à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem dans un état modéré, selon un porte-parole d’Hadassah.

« Quand ça a commencé, tout le monde a fui dans toutes les directions. Ils l’ont perdue dans la foule, tout le monde a été séparé, et personne ne savait où elle était », a déclaré le père de Burqan.

Manwar vit dans le quartier de Shuafat, à Jérusalem-Est. Elle est sourde et muette, bien qu’elle ait un implant cochléaire qui l’aide à entendre de manière partielle, selon son père. Elle fréquente une école pour enfants en situation de handicap à Beit Safafa.

Selon son père, Manwar a été opérée mardi après-midi. Mais la famille attend toujours que les médecins leur parlent des conséquences potentielles à long terme, a-t-il dit.

Environ 25 Palestiniens ont été blessés au cours des affrontements, selon le Croissant-Rouge palestinien. Vingt Palestiniens ont été arrêtés et quatre agents ont été blessés, selon la police israélienne.

Des affrontements ont éclaté à plusieurs reprises entre les Palestiniens et les forces israéliennes près de la Porte de Damas, qui est devenue l’une des zones les plus tendues de Jérusalem. Les tensions autour du site se sont intensifiées en avril et mai derniers, contribuant à déclencher la guerre entre Israël et le Hamas.

La police a fait un usage répété du liquide chimique nauséabond, aspergeant l’entrée et les vitrines des magasins qui bordent le boulevard. Des officiers ont lancé des grenades assourdissantes sur des foules de Palestiniens près de la scène pour tenter de les disperser.

« C’est une véritable honte. Ce n’est qu’une petite fille. La police n’a pas vu qu’il y avait des enfants là-bas ? » a déclaré Yaqoub.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...