Le petit-fils de Rabin accuse Netanyahu de « briser » Israël
Rechercher

Le petit-fils de Rabin accuse Netanyahu de « briser » Israël

Pour le président Rivlin, qui s'est exprimé lors d'une cérémonie en mémoire du Premier ministre assassiné, les générations post-Rabin ont oublié les conséquences de son meurtre

Le président Rivlin lors d'une cérémonie marquant le 23ème anniversaire de l'assassinat de Yitzhak Rabin, le 21 octobre 2018 (Crédit : Mark Neiman/GPO)
Le président Rivlin lors d'une cérémonie marquant le 23ème anniversaire de l'assassinat de Yitzhak Rabin, le 21 octobre 2018 (Crédit : Mark Neiman/GPO)

S’exprimant lors de la cérémonie d’Etat marquant le 23e anniversaire de l’assassinat de Yitzhak Rabin, le petit-fils de l’ancien Premier ministre a âprement critiqué Benjamin Netanyahu dimanche, affirmant que le Premier ministre israélien est en train de « briser » le pays.

« Des dirigeants qui encouragent la ségrégation et les attaques violentes à l’encontre des opinions autres que les leurs, des dirigeants qui procèdent à des incitations en définissant et en cataloguant comme ‘aigris’ ou ‘gauchistes’ tous ceux qui pensent de manière différente, brisent ce que nous sommes et seront à l’origine de notre prochaine destruction », a déclaré Yonatan Ben Artzi.

Au cours d’un discours prononcé devant la Knesset, l’année dernière, Netanyahu s’en était pris à l’opposition et aux médias en les qualifiant de « cornichons » en raison de leurs objectifs supposés, au caractère acide.

Ben Artzi a continué en disant que « des dirigeants qui se moquent et dénigrent des citoyens qui ressentent de la détresse (en raison de la situation actuelle en Israël) sont la source du même mal (que celui impliqué dans l’assassinat de Rabin) et ils approfondiront la scission, la division et le conflit interne dans ce pays ».

Pour sa part, le président Reuven Rivlin a affirmé lors de cette même cérémonie que les jeunes générations oubliaient les implications de l’assassinat de l’ancien Premier ministre.

« La vérité est que quelque chose ne fonctionne pas. Nous sommes les témoins de l’érosion du caractère essentiel de ce meurtre et de ses implications pour le public israélien », a-t-il déploré.

« Chacun d’entre nous peut se souvenir d’Yitzhak Rabin en tant qu’homme et leader à sa manière propre, mais nous devons convenir, ensemble, que nous souhaitons commémorer l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin », a-t-il expliqué, ajoutant que le meurtre du Premier ministre devait être appréhendé comme un événement allant au-delà de la politique.

Le président a indiqué que les Israéliens, jusqu’à présent, ne sont pas parvenus à saisir ce fait et que, par conséquent, « l’assassinat d’Yitzhak Rabin nous a divisés en tribus, en clans ».

« J’ai peur que les cérémonies et les discours n’aident en rien tant que nous aurons des difficultés à nous accorder sur ce que nous tentons de commémorer ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...