Le plan budgétaire israélien met l’accent sur l’IA, les logements et le cannabis
Rechercher

Le plan budgétaire israélien met l’accent sur l’IA, les logements et le cannabis

Avant l'approbation du budget de l'État, le ministère des finances présente les changements structurels qui font partie du plan économique pour 2021-2022

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 juin 2021. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)
Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 juin 2021. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)

Le budget 2021-2022 d’Israël comprend une série de changements structurels et de réformes proposés, notamment un programme visant à stimuler les technologies basées sur l’intelligence artificielle, et l’autorisation pour les promoteurs immobiliers commerciaux de convertir des espaces de bureaux en unités résidentielles. Les details du plan ont été publiés mercredi soir par le ministère des Finances.

Avant l’approbation du budget national, le ministère des Finances a présenté au Premier ministre Naftali Bennett les principaux changements structurels qu’il espère instituer dans le cadre de son plan économique pour Israël pour cette année et la suivante.

Il s’agira du premier budget depuis celui approuvé pour 2019, qui a été suivi de deux années d’impasse politique.

Le programme repose sur trois grands principes : encourager l’emploi et investir dans le capital humain en formant et en intégrant les populations marginalisées dans la population active ; stimuler les infrastructures de transport, de logement, d’énergie et de technologie ; et créer les conditions pour soutenir la croissance dans les secteurs privé et public en réduisant la réglementation, en stimulant la compétitivité, en améliorant les services publics et en rationalisant les opérations gouvernementales.

Le plan proposé fait partie de la Loi sur les Arrangements qui sera soumise avec le budget. Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a récemment déclaré lors d’une conférence qu’il prévoyait d’adopter le budget d’ici novembre.

Parmi les propositions :

Réduire le coût de la vie en facilitant les importations avec l’acceptation des normes internationales de produits, sans avoir besoin d’approbations supplémentaires au niveau local, et la permission donnée à plusieurs parties d’importer des produits en parallèle.

Accroître la concurrence dans le secteur bancaire en adoptant une loi obligeant les entités financières à transférer des informations sur leurs clients, avec leur approbation, à des entreprises technologiques pouvant fournir à ces clients des informations sur les services financiers qu’ils consomment, sur le montant exact qu’ils paient pour ces services et sur les économies qu’ils pourraient réaliser s’ils changeaient de fournisseur de services financiers. Cela permettra de renforcer la position des clients vis-à-vis des entités financières, de promouvoir l’entrée sur le marché d’entités financières de technologie avancée (entreprises fintech), d’accroître la concurrence dans le système bancaire et de réduire les dépenses des ménages et des petites entreprises dans le système bancaire.

Aussi loin que l’œil peut voir : la vue de Tel Aviv depuis l’observatoire Azrieli (photo : autorisation)

Fixer des objectifs d’emploi pour l’économie à l’horizon 2030, et réformer et mettre en place de nouveaux programmes de formation professionnelle afin que les travailleurs répondent à la demande de la population active.

La conversion d’espaces de bureaux en unités résidentielles : Israël dispose de dizaines de millions de mètres carrés réservés à des bureaux et à des espaces commerciaux qui ne seront pas nécessaires dans les décennies à venir, a déclaré le ministère. Compte tenu de la nécessité d’augmenter l’offre de logements et de rationaliser l’utilisation des terres, le ministère propose de convertir jusqu’à 50 % des espaces de bureaux, en priorité ceux qui sont situés près des quartiers résidentiels, en appartements « micro-unités », ce qui ajoutera des milliers d’unités résidentielles à l’offre de logements, selon le communiqué.

Mettre en place un programme national pour promouvoir l’industrie high-tech. Le plan comprend l’approbation d’un programme national d’intelligence artificielle, pour stimuler le développement des technologies dans le secteur ; la suppression de la bureaucratie pour encourager les fusions et acquisitions et stimuler les investissements ; l’amélioration de la fiscalité ; le retour en Israël des talents de l’étranger ; la stimulation de l’intégration des Arabes dans le secteur technologique ; et la possibilité pour les entreprises technologiques de tester leurs produits localement.

Image illustrative de robots et d’intelligence artificielle (IA) (Crédit: Phonlamai iStock by Getty Images)

Réduire la réglementation : le Premier ministre Naftali Bennett, le ministre des Finances Avigdor Liberman et le ministre de la Justice Gideon Saar ont lancé mardi un plan national visant à réduire la réglementation et la bureaucratie. L’objectif du programme est d’appliquer une « réglementation intelligente » et de supprimer les règles inutiles et lourdes afin d’aider l’économie à sortir de son marasme coronarien.

Promouvoir l’exportation de cannabis médical : Israël dispose d’un « avantage significatif » sur les pays concurrents en matière de recherche et de développement, de connaissances et de réglementation dans le domaine du cannabis médical. Tout cela peut contribuer à faire d’Israël un leader mondial dans ce domaine. Pourtant, le potentiel du secteur n’a pas encore été exploité, et l’idée est de supprimer les obstacles existants aux exportations médicales et de permettre ainsi aux producteurs de cannabis d’élargir et de diversifier les options d’exportation.

Accroître la transparence du budget de la défense, en supervisant davantage le paiement des salaires et des retraites, et en créant une équipe chargée de superviser les stratégies d’acquisition, entre autres mesures.

Le système de santé : abaisser la réglementation, renforcer le système de santé publique en le mettant sur un pied d’égalité avec le secteur privé, et stabiliser les finances des hôpitaux en modifiant leur mode de budgétisation et en prévoyant des amendes en cas de déficit.

Réformer le système éducatif, en transférant le pouvoir décisionnel, les programmes d’enseignement et les budgets du gouvernement central vers des gestionnaires d’écoles qui ont fait leurs preuves.

Encourager la transition vers les énergies propres en stimulant la production d’électricité verte, en passant au transport électrique et en augmentant les investissements dans les projets d’infrastructures vertes, notamment la construction d’installations solaires, la mise à disposition de terrains pour des projets d’énergie renouvelable et le renforcement des installations de stockage dans tout le pays.

Image d’illustration : Un ouvrier s’occupe de plants de cannabis dans une installation de culture pour la société Tikun Olam près de la ville de Safed, au nord du pays, le 31 août 2010. (Abir Sultan/Flash 90)

Transports publics : supprimer les restrictions pour permettre aux entités privées, en particulier les employeurs et les municipalités, de mettre en place des systèmes de transport privés ; faciliter l’utilisation de solutions de covoiturage comme alternative à la possession d’une voiture ; renforcer l’application de la loi ; fournir aux citoyens un rapport annuel sur les transports publics basé sur des indices établis par le ministère des Transports ; et mettre en place des partenariats conjoints entre les secteurs public et privé pour le développement d’espaces de stationnement en dehors des zones urbaines.

Les propositions soutiennent également un projet de métro de 150 milliards de shekels dans la région du Dan, qui entraînera des économies annuelles de 26 à 34 milliards de shekels et créera 1 250 000 nouveaux emplois, a déclaré le ministère.

Parmi les autres propositions formulées par le ministère des finances figurent la promotion de la numérisation du gouvernement et l’offre de services plus numériques aux citoyens, l’amélioration du système pénitentiaire, la création d’une concurrence pour les services postaux, l’adaptation de la réglementation en matière d’incendie aux normes du monde occidental et la rationalisation du système juridique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...