Le policier qui a frappé l’employé arabe d’un supermarché sera sanctionné
Rechercher

Le policier qui a frappé l’employé arabe d’un supermarché sera sanctionné

L'enquête de police révèle que l'agent a utilisé la force de manière excessive et a montré un comportement inconvenant durant une arrestation violente à Tel Aviv

Illustration. Des menottes dans un tribunal. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Illustration. Des menottes dans un tribunal. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Un policier qui avait été filmé paraissant frapper un homme arabe à Tel Aviv l’année dernière sera sanctionné pour usage excessif de la force, a fait savoir le département chargé des enquêtes policières au ministère de la Justice jeudi.

En plus d’user de la force plus que cela n’était nécessaire, une enquête ouverte sur l’incident a établi que l’agent de la police des frontières avait montré un comportement inconvenant, fait savoir le site hébréophone Ynet.

Edri devra se présenter à une audience disciplinaire et devrait écoper d’une sanction.

La police avait ouvert une enquête sur cet incident survenu le 22 mars 2016 au supermarché Yoda situé sur la rue Ibn Gvirol. Des photos et une vidéo étaient apparues sur Internet montrant cinq agents de police qui semblaient frapper Maysam Abu Alqian, 21 ans, alors que ce dernier refusait de montrer sa carte d’identité, une séquence qui avait suscité une vive indignation sur la Toile.

A l’époque, la police avait fait savoir qu’Alqian, de la ville bédouine de Hura, dans le Negev, avait résisté lors de son arrestation et agressé des policiers lorsqu’il lui avait été demandé de s’identifier.

Un autre employé venu aider Alqian avait été également accusé d’agression contre les forces de l’ordre.

Edri « a choisi d’utiliser la force contre le plaignant d’une manière qui a dépassé les limites raisonnables imposées par les circonstances dans la mesure où il savait – ou il aurait raisonnablement pu savoir – que ce n’était pas une personne constituant un danger mais seulement un citoyen qui avait refusé de s’identifier », a expliqué la police, selon le rapport.

Les preuves rassemblées au cours de l’enquête ont démontré qu’Alqian avait éveillé les soupçons de deux des agents, qui n’étaient pas en uniforme, parce qu’il parlait en arabe sur un téléphone mobile aux abords du supermarché alors qu’ils passaient dans la rue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...