Le rapport Clavreul sur la laïcité pointe également certaines pratiques juives
Rechercher

Le rapport Clavreul sur la laïcité pointe également certaines pratiques juives

Proche de Manuel Valls, le cofondateur du Printemps républicain et ancien délégué interministériel à la Dilcrah, prône une laïcité forte

Gilles Clavreul (Crédit : autorisation)
Gilles Clavreul (Crédit : autorisation)

Le préfet Gilles Clavreul a remis jeudi un rapport sévère sur la laïcité, notant « un fléchissement de la mobilisation » alors que « le rapport à la République se tend » dans « les lieux où la population de confession musulmane est présente ».

Mais pas seulement. Il évoque également, rapporte le Figaro, les « mouvements de «catholiques intégristes», et «évangéliques et juifs orthodoxes». Ils ont été identifiés dans le cadre d’activités scolaires, culturelles et sportives ».

Le rapport pointe aussi « Les célébrations «spectaculaires» de certaines communautés juives » et le problème de certaines cantines à Strasbourg, qui proposent des repas cashers et hallals.

Ce rapport administratif, révélé par Le Figaro, avait été commandé non par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, mais par le secrétaire général de Beauvau, Denis Robin.

Le choix de confier cette mission à l’ancien délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcrah) Gilles Craveul, un proche de l’ancien Premier ministre Manuel Valls, avait surpris. La conception offensive de la laïcité affichée par ce cofondateur du Printemps républicain est en effet éloignée de la grille de lecture plutôt libérale de l’actuel exécutif.

« Si la laïcité est, à la lettre, respectée, l’affirmation identitaire progresse dans certains territoires, rendant difficile la pédagogie de la laïcité et le partage des valeurs républicaines », affirme Gilles Clavreul dans son rapport.

L’ancien délégué interministériel dit « résumer un constat quasi général: dans les lieux où la population de confession musulmane est présente, parfois de façon très majoritaire, le rapport à la République se tend sous l’effet d’une foi de plus en plus ouvertement revendiquée ». Il évoque notamment la « radicalisation dans les enceintes sportives », où des parents « exigent le voilement de leur fille ».

Or la « mobilisation » pour résoudre ces situations « est inégale » sur le territoire « et risque de s’essouffler », note le préfet, qui souhaite une « clarification » et un « pilotage raffermi » de la politique menée.

Parmi 15 propositions, Gilles Clavreul recommande de « conditionner le soutien de l’Etat » aux associations (subventions, agréments…) à « l’engagement de respecter et de promouvoir les valeurs de la République », ou encore de « renforcer les exigences de formation à la laïcité » pour les candidats au Bafa (brevet d’aptitude à la formation d’animateur).

Dans chaque département, un « comité de pilotage » pourrait être orienté « vers le recueil des signalements » de difficulté en matière de laïcité et leur « traitement opérationnel ».

Le rapport a été très fraîchement accueilli par le président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco.

« Si quelques propositions sont de bon sens, je regrette le manque de rigueur méthodologique de ce rapport qui ne repose que sur des ‘dizaines de témoignages’ dans ‘neuf départements’ et la méconnaissance d’actions déjà mises en oeuvre par les pouvoirs publics », a commenté l’ancien ministre dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...