Le Premier ministre indien n’ira pas voir l’AP lors de son voyage en Israël
Rechercher

Le Premier ministre indien n’ira pas voir l’AP lors de son voyage en Israël

Avant la visite de trois jours de Narendra Modi, de hauts responsables qualifient cette rebuffade supposée face à Ramallah de “grande réussite”

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le Premier ministre indien Narendra Modi lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, COP21, au Bourget, le 30 novembre 2015 (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le Premier ministre indien Narendra Modi lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, COP21, au Bourget, le 30 novembre 2015 (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre indien Narendra Modi doit se rendre en Israël le moins prochain mais – initiative hautement inhabituelle – il ne rendra pas visite à l’Autorité palestinienne.

« Il s’agira d’une visite purement bilatérale. Il vient nous voir, et nous seulement », a expliqué un haut-responsable de Jérusalem au Times of Israël jeudi. « C’est une grande réussite pour nous. »

La majorité, sinon tous les dignitaires étrangers qui viennent en Israël, effectuent un déplacement à Ramallah ou à Bethléem pour y rencontrer les responsables de l’Autorité palestinienne (AP). Même les alliés les plus proches d’Israël passent habituellement quelques heures dans les zones palestiniennes.

Modi, qui serait un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, doit arriver en Israël le 4 juillet. Au cours de son séjour de trois jours, il rencontrera de hauts responsables israéliens, organisera un rassemblement pour les Israéliens d’origine indienne et visitera des sites agricoles et technologiques.

« Le Premier ministre Modi est attendu au mois de juillet en Israël mais les détails de son programme sont encore étudiés par les deux parties », a expliqué l’ambassade indienne à Tel Aviv dans un courriel adressé au Times of Israël. « Une annonce officielle concernant cette visite est attendue à la fin du mois. »

Le président Reuven Rivlin, à gauche, et le Premier ministre indien Narendra Modi, le 29 mars 2015. (Crédit : Tomer Reichmann)
Le président Reuven Rivlin, à gauche, et le Premier ministre indien Narendra Modi, le 29 mars 2015. (Crédit : Tomer Reichmann)

Le 1er mars, Netanyahu avait accueilli le conseiller à la sécurité nationale indien, Ajit Dova, dans son bureau de Jérusalem pour discuter de la prochaine visite de Modi.

Les relations entre New Delhi et Jérusalem n’ont cessé de croître aux niveaux diplomatique, militaire et économique. L’Inde a ajusté son modèle de vote traditionnellement pro-palestinien dans les forums internationaux en faveur d’Israël. Les entreprises israéliennes et indiennes ont récemment scellé des accord massifs de défense, et trois navire de la marine indienne étaient en Israël le mois dernier pour trois jours d’exercice.

Les relations entre l’Inde et les Palestiniens sont également fortes. Le mois dernier, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a passé trois jours à New Delhi. Il y a rencontré Modi, le président Pranab Mukherjee et le ministre des Affaires étrangères Sushma Swaraj.

« La relation entre l’Inde et les Palestiniens est construite sur les fondations d’une solidarité et d’une amitié de longue date depuis les jours de notre propre combat pour la liberté, avait indiqué Modi à l’époque. L’Inde a été inébranlable dans son soutien à la cause Palestinienne. Et nous espérons voir la mise en place d’une Palestine souveraine, indépendante, unie et viable, coexistant pacifiquement avec Israël. »

Les observateurs ont indiqué que l’accueil amical d’Abbas de la part de Modi avait eu pour objectif de désamorcer les critiques attendues lors de son voyage prévu en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...