Le Premier ministre néerlandais appelle à mettre fin aux implantations
Rechercher

Le Premier ministre néerlandais appelle à mettre fin aux implantations

Mark Rutte défend l’étiquetage des produits de Cisjordanie et exhorte à préserver la solution à deux Etats

Rencontre entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, aux Pays-Bas, le 6 septembre 2016. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Rencontre entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, aux Pays-Bas, le 6 septembre 2016. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a appelé mardi à mettre fin aux implantations israéliennes et a défendu l’étiquetage des Pays-Bas des produits israéliens de la Cisjordanie lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi.

Rutte a également appelé à la création d’un Etat palestinien « aux côtés d’Israël, sur la base des frontières de 1967 », lors de son allocution à La Haye.

« Nous devons préserver la solution à deux Etats dans tous ses aspects, territoriaux, sociaux et politiques », a déclaré Rutte.

« La construction des implantations doit s’arrêter tout comme les démolitions et l’incitation [à la violence] », a-t-il ajouté.

Lorque Rutte parle de démolitions, il se réfère probablement au projet annoncé par Israël de raser le hameau palestinien de Susya dans le sud de la Cisjordanie, qui selon Jérusalem est construit illégalement. Cette décision a suscité une forte condamnation de l’Europe et d’ailleurs.

On ne sait pas de quelle incitation Rutte parlait, mais les responsables israéliens se plaignent fréquemment auprès de la communauté internationale au sujet de ce qu’ils appellent l’incitation palestinienne à la violence, une incitation qui provient parfois des sources officielles de l’Autorité palestinienne.

Les Palestiniens ont également accusé les dirigeants israéliens et d’autres responsables d’incitation à la violence contre eux.

Le Premier ministre néerlandais a défendu l’étiquetage des produits israéliens fabriqués en Cisjordanie par son pays en affirmant que la mesure a été mise en œuvre conformément à la législation de l’Union européenne existante adoptée en 2012.

Jérusalem a critiqué le régime d’étiquetage mis en œuvre au cours des dernières années par l’UE, en affirmant que cela revient à un boycott antisémite de l’Etat juif. Mais Rutte a rejeté ces affirmations.

« Ce n’est pas un boycott des produits de la Cisjordanie », a souligné Rutte. « Les Pays-Bas s’opposent un tel boycott ».

« Il s’agit de fournir aux supermarchés des informations », a-t-il ajouté.

Quant à la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions visant Israël, Rutte a défendu le mouvement qui est « protégé par la liberté d’expression et la liberté de réunion ».

Mais il a rapidement ajouté que son gouvernement ne soutenait pas ce mouvement et qu’il cherchait des liens économiques avec Israël.

Les Pays-Bas sont intéressés par le développement des relations économiques « avec Israël dans les frontières de 1967 », a-t-il précisé.

Netanyahu a dans son allocution salué la relation forte entre les deux alliés et a annoncé que le gouvernement néerlandais aiderait Israël à stimuler l’énergie et l’approvisionnement en eau de la bande de Gaza par la pose d’un gazoduc sur le territoire palestinien.

« Nous voulons aider la population de Gaza et la première étape est d’améliorer l’approvisionnement en énergie et en eau … y compris par la pose d’un pipeline de gaz », a déclaré Netanyahu lors d’une visite de deux jours aux Pays-Bas.

Après des entretiens avec son homologue néerlandais, Netanyahu a déclaré que son cabinet avait déjà pris la décision de poser le gazoduc et a remercié Rutte pour son aide « dans la réalisation de ce projet ».

Les Pays-Bas faciliteront également les réunions d’experts entre les responsables néerlandais, israéliens et palestiniens pour aborder les questions de l’énergie et de l’eau, a-t-il ajouté.

Netanyahu a également appelé à s’unir contre le terrorisme radical et islamiste, « dont l’épicentre est en Syrie et en Irak ». Il a soutenu que si on ne « s’unissait pas pour [également] combattre l’Islam militant dans les autres parties du Moyen-Orient, plus de personnes vont mourir, et des millions [de personnes] fuiront leur maison. Où vont-ils aller ? A un endroit – en Europe ».

Il a également rappelé les réussites d’Israël en matière de sécurité dans la « région la plus volatile du monde » et a expliqué qu’ « Israël aide l’Europe à se défendre ».

Netanyahu a également été interrogé sur le report d’une réunion très attendue avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui selon Abbas, était prévue à Moscou vendredi.

Abbas a annoncé plus tôt mardi que Netanyahu avait suggéré de reporter la réunion soutenue par la Russie.

D’autre part, Netanyahu a également rencontré mardi, au Palais Noordeinde à La Haye, le roi Willem-Alexander des Pays-Bas, dans le cadre d’une réunion privée. C’était la première rencontre entre Premier ministre et le monarque néerlandais, qui est monté au trône le 30 avril 2013.

Benjamin Netanyahu et le roi Willem Alexander à Den Haag. (Crédit : Amos Ben Gershom GPO)
Benjamin Netanyahu et le roi Willem Alexander à Den Haag. (Crédit : Amos Ben Gershom GPO)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...