Le président libanais qualifie les ripostes d’Israël aux roquettes « d’agression »
Rechercher

Le président libanais qualifie les ripostes d’Israël aux roquettes « d’agression »

Michel Aoun affirme que la réponse à l'attaque de Kiryat Shmona est "la première du genre depuis 2006" et "une violation flagrante et dangereuse" de la résolution de l'ONU

Le président libanais Michel Aoun lors d'un discours à la nation au palais présidentiel, à Baabda, à l'est de Beyrouth, au Liban, le 21 novembre 2019. (Crédit : Dalati Nohra via AP)
Le président libanais Michel Aoun lors d'un discours à la nation au palais présidentiel, à Baabda, à l'est de Beyrouth, au Liban, le 21 novembre 2019. (Crédit : Dalati Nohra via AP)

Le président libanais Michel Aoun a accusé jeudi Israël d’avoir des « intentions agressives et provocatrices » après qu’Israël a mené des frappes aériennes sur des cibles dans le sud du Liban en réponse à des tirs de roquettes provenant de l’autre côté de la frontière nord.

Les frappes aériennes au Liban étaient les premières ouvertement reconnues par l’armée dans le sud du pays depuis 2014. Mais des manœuvres aériennes israéliennes sont couramment signalées dans l’espace aérien libanais, ce que les Libanais décrient comme une violation de leur souveraineté.

« L’utilisation par Israël de ses forces aériennes pour cibler des villages libanais est la première du genre depuis 2006 », a affirmé Aoun, « et indique la présence d’intentions agressives et provocatrices au milieu de menaces continues contre le Liban et sa souveraineté ».

« Ce qui s’est passé constitue une violation flagrante et dangereuse de la résolution 1701 du Conseil de sécurité et une menace directe pour la sécurité et la stabilité dans le sud », a déclaré Aoun, en référence à une résolution des Nations unies qui a mis fin aux combats entre Israël et le Hezbollah basé au Liban en 2006.

Israël a déclaré avoir frappé des cibles militaires au Liban tard mercredi en réponse à des tirs de roquettes qui ont déclenché des incendies dans le nord d’Israël. Trois roquettes au total ont été tirées par des groupes terroristes palestiniens au Liban, a indiqué l’armée israélienne. L’une d’entre elles est tombée près de la frontière libanaise. Les autres ont atterri en dehors des limites de la ville, à l’intérieur d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...