Le président péruvien à Trump : je préfère « les ponts aux murs »
Rechercher

Le président péruvien à Trump : je préfère « les ponts aux murs »

Durant la première rencontre entre le président américain et un chef d’État sud-américain, Kuczynski appelle à la liberté de mouvement

Le président américain Donald Trump avec le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski iau Bureau Oval à la Maison Blanche, le 24 février 2017. (AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM)
Le président américain Donald Trump avec le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski iau Bureau Oval à la Maison Blanche, le 24 février 2017. (AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM)

Le président du Pérou, dont le père était un réfugié qui a fui le nazisme, a déclaré au président américain Donald Trump durant une visite à la Maison Blanche, qu’il préférait les « ponts aux murs ».

Le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski, né à Lima d’une mère française protestante et d’un père allemand qui a fui les nazis en 1933, a gentiment réprimandé Trump sur son projet controversé de construction d’un mur sur la frontière mexicaine, selon le Washington Post.

Vendredi, Kuczynski a été le premier chef d’État d’Amérique latine a rencontrer le président Trump à Washington.

L’ancien banquier de Wall Street, formé aux États-Unis, a renoncé l’an dernier à la citoyenneté américaine pour se présenter aux présidentielles péruviennes en juin dernier.

Il s’est fermement opposé au programme « America First » (littéralement ‘l’Amérique d’abord’) alors que ses voisins ont gardé le silence.

Kuczynski, 78 ans, a déclaré à Trump qu’il était en faveur de la liberté de mouvement des populations, « dans un cadre légal », a-t-il souligné. Il a également parlé de commerce et de développement économique, selon le Washington Post.

Au début du mois, Kuczynski a remercié le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d’avoir refusé l’accès à l’ancien président fugitif, Alejandro Toledo, dont la femme est israélienne, jusqu’à ce que les accusations de corruption dont il fait l’objet soient reglées.

Kuczynski a également fustigé Trump durant sa campagne pour la présidence. Il disait qu’il romprait les relations diplomatiques avec les États-Unis « au moyen d’une scie » si Trump venait à mettre à exécution le projet du mur avec le Mexique, qu’il compare avec le mur de Berlin.

Vendredi, il a réitéré sa position en disant préférer « les ponts aux murs ».

L’ancien président péruvien Alan Garcia, avait déjà critiqué Kuczynski qui « n’a pas un gramme de sang péruvien. Il est d’ascendance française, polonaise, juive mais pas péruvienne ».

Un ancien représentant péruvien à Washington a délaré « Puis-je avoir confiance en ce gars ? Il est vieux, ses parents étaient européens, sa femme est américaine et ses enfants vivent aux États-Unis. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...