Rechercher

Le prince héritier saoudien ira en Egypte et Jordanie avant une visite en Turquie

Lors de cette tournée, MBS "discutera des principaux dossiers régionaux et internationaux" et "plusieurs accords doivent être signés", notamment dans le domaine de l'énergie

Le prince héritier Mohammed ben Salmane à Washington, le 22 mars 2018. (Crédit :  AP Photo/Cliff Owen)
Le prince héritier Mohammed ben Salmane à Washington, le 22 mars 2018. (Crédit : AP Photo/Cliff Owen)

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, dit « MBS », doit entamer à partir de lundi une tournée régionale qui le conduira en Egypte, en Jordanie et en Turquie, a indiqué un responsable saoudien samedi à l’AFP.

Lors de cette tournée, le prince saoudien « discutera des principaux dossiers régionaux et internationaux » et « plusieurs accords doivent être signés », notamment dans le domaine de l’énergie, a dit ce responsable qui a requis l’anonymat.

Mohammed ben Salmane doit effectuer mercredi sa première visite en Turquie depuis l’assassinat à Istanbul du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre 2018, une affaire qui avait refroidi les liens entre les deux puissances régionales rivales.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’était rendu fin avril en Arabie saoudite, où il a rencontré le prince héritier avant d’effectuer une brève halte à La Mecque à l’occasion du ramadan.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, et le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed bin Salman parlent après leur rencontre à Jeddah, en Arabie saoudite, le 29 avril 2022. (Crédit : Présidence turque via AP)

La tournée régionale de « MBS » intervient par ailleurs trois semaines avant une visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite, qui devrait consacrer la réhabilitation internationale du prince après avoir été largement isolé suite à l’assassinat de Jamal Khashoggi.

Selon le responsable saoudien, Mohammed ben Salmane est également attendu en Grèce, à Chypre et en Algérie « vers la fin du mois de juillet ».

Ces informations n’ont toutefois pas été confirmées par le gouvernement saoudien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...