Rechercher

Le prix Nobel de Walter Kohn vendu aux enchères pour 500 000 dollars

Le lot dans lequel le prix a été vendu comprend aussi trois des manuels de sciences du chimiste, du temps où il était étudiant

Walter Kohn, lauréat du prix Nobel de chimie (Crédit : capture d'écran YouTube)
Walter Kohn, lauréat du prix Nobel de chimie (Crédit : capture d'écran YouTube)

JTA – Le prix Nobel de chimie, attribué à un homme qui a été sauvé de la Shoah par le Kindertransport, a été vendu aux enchères la semaine dernière pour 500 000 dollars.

Le prix Nobel a été décerné à Walter Kohn en 1998 pour son développement de la théorie de la fonction de densité.

Kohn est né de parents juifs à Vienne en 1923. Lorsque les nazis ont envahi l’Autriche en 1938 et déclaré l’Anschluss (l’unification de l’Autriche et de l’Allemagne), Kohn a été renvoyé de son école et l’entreprise de son père a été confisquée par les nazis.

En 1939, Kohn a été envoyé en Angleterre dans le cadre du Kindertransport, un programme dans lequel des enfants juifs étaient amenés vers le Royaume-Uni à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Kohn est arrivé en Angleterre en août 1939, un mois seulement avant le début de la guerre.

Le prix Nobel de chimie décerné à Walter Kohn en 1998 a été vendu aux enchères pour 500 000 dollars. (Crédit : Nate D. Sanders Auctions via JTA)

Ses deux parents ont été tués pendant la Shoah.

Kohn a poursuivi ses études à l’université de Toronto au Canada, où il a étudié les mathématiques appliquées, puis aux États-Unis, où il a obtenu un doctorat en physique à Harvard.

Il a enseigné la physique à Santa Barbara et à San Diego et a grandement contribué à la fondation du département d’études juives de l’université de San Diego.

Kohn est décédé en 2016 à l’âge de 93 ans.

Le lot dans lequel le prix Nobel de Kohn a été vendu comprenait également trois manuels scientifiques datant des débuts de Kohn en tant qu’étudiant en physique et en mathématiques.

Les enchères pour la médaille ont débuté à 275 000 dollars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...