Le projet des cafés « Ouvert Shabbat » en voie de disparition
Rechercher

Le projet des cafés « Ouvert Shabbat » en voie de disparition

L'intiative pluraliste à Jérusalem, menacé par le rabbinat, repousse le lancement de ses évènements

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Devanture du restaurant Hahummus Shel haTehina, dans le quartier de Nahlaot. (Crédit : autorisation)
Devanture du restaurant Hahummus Shel haTehina, dans le quartier de Nahlaot. (Crédit : autorisation)

La nouvelle initiative, visant à rassembler les Hiérosolomytains laïcs et religieux le vendredi soir dans des cafés, devait prendre effet vendredi soir 25 novembre dans un bar à houmous, dans le quartier de Nahlaot.

Cette initiative a été contrecarrée par le rabbinat.

Les propriétaires du restaurant Hahummus shel Tehina ont informé les organisateurs du programme qu’ils ont été contactés jeudi après-midi par des responsables du rabbinat, qui leur a annoncé que l’ouverture du restaurant le vendredi soir leur coûterait leur certification.

Ce programme consistait à offrire davantage d’offre culturelle le Shabbat en ouvrant des cafés et des restaurants comme lieu de rencontre et de rassemblement, mais sans commander de nourriture ni de boissons. Il a été présenté au rabbinat, explique l’organisateur Matan Hayat.

Le logo de "Ouvert pour Shabbat", une nouvelle initiative pluraliste à Jérusalem, qui commence le 25 novembre 2016. (Crédit : autorisation de Ouvert pour Shabbat)
Le logo de « Ouvert pour Shabbat », une nouvelle initiative pluraliste à Jérusalem, qui commence le 25 novembre 2016. (Crédit : autorisation de Ouvert pour Shabbat)

« Nous leur avons expliqué le but de ce projet ainsi que notre iintention de scrupuleusement respecter le Shabat, en fermant les cuisines de cafés, en utilisant des plaques chauffantes et des bouilloires pour garder les plats et les boissons au chaud dans le respect le plus strict du Shabbat dans les espaces publics. »

Les gâteaux, le vin et les jeux de sociétés étaient prêts, raconte Hayat, muni des polycopiés de la conférence qui aurait du être donnée.

Au lieu de cela, Hayat et les autres organisateurs ont rencontré le rabbin Aryeh Stern, le grand-rabbin de Jérusalem, et ont décidé de repousser le premier événement « Ouvert pour Shabbat » au vendredi 9 décembre.

Les organisateurs ont été très clairs sur leurs intentions. Ils ne sont pas des activistes, mais des organisateurs communautaires qui veulent travailler dans le cadre actuel de la complexité des lois du Shabbat à Jérusalem.

« Ça n’est nullement notre intention que de nous monter contre le rabbinat. Nous cherchons plutôt à les impliquer dans le processus qui permettra l’ouverture des commerces durant Shabbat, non pas à des fins commerciales, mais dans le but d’utiliser les espaces adaptés pour les hyérosolomitains qui veulent prendre part à cette initiative », explique Hayat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...