Le Qatar annonce une aide pour Gaza, notamment pour lutter contre le virus
Rechercher

Le Qatar annonce une aide pour Gaza, notamment pour lutter contre le virus

Le représentant de l'OMS auprès des Palestiniens déclare que l'enclave côtière a besoin d'un soutien accru de la communauté internationale pour éviter la contagion

Des aides ménagères hospitalières brandissent des drapeaux palestiniens et qataris et des messages de remerciement à l'attention du Qatar lors d'une conférence de presse de Matthias Schmale, directeur de l'UNRWA à Gaza, et de l'envoyé qatari Mohammed Al-Emadi, à l'hôpital Shifa, dans la bande de Gaza, le 19 février 2018. (AP Photo/Khalil Hamra)
Des aides ménagères hospitalières brandissent des drapeaux palestiniens et qataris et des messages de remerciement à l'attention du Qatar lors d'une conférence de presse de Matthias Schmale, directeur de l'UNRWA à Gaza, et de l'envoyé qatari Mohammed Al-Emadi, à l'hôpital Shifa, dans la bande de Gaza, le 19 février 2018. (AP Photo/Khalil Hamra)

L’émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani a ordonné qu’une aide d’un montant de 150 millions de dollars soit livrée à la bande de Gaza au cours des six prochains mois, a rapporté dimanche l’Agence de presse du Qatar, gérée par l’État.

Les fonds serviront à « atténuer les souffrances du peuple palestinien frère », à des projets humanitaires gérés par les Nations unies à Gaza et à des efforts pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus, a indiqué la dépêche de l’agence de presse qatarie.

Le Qatar a récemment versé des centaines de millions de dollars à Gaza pour l’achat de carburant destiné à alimenter l’unique centrale électrique de l’enclave côtière, des allocations pour les familles démunies, des programmes d’emploi temporaire des Nations unies et d’autres efforts.

En décembre 2019, Mohammed al-Emadi, le chef du Comité qatari pour la reconstruction de Gaza, a déclaré que son pays fournirait des fonds pour le carburant, les familles pauvres et les programmes d’emploi temporaire des Nations unies jusqu’en mars, tout en précisant qu’il continuerait probablement à le faire par la suite.

Cela semble confirmer que Doha continuera à soutenir les projets qu’il finance dans la bande.

Elle ne précise cependant pas quelle part des 150 millions de dollars serait allouée à la prévention de la prolifération du coronavirus à Gaza.

Les premiers cas à Gaza ont été révélés dimanche matin après que deux personnes, qui se sont récemment rendues au Pakistan, ont été testées positives au Covid-19.

L’émir qatari Sheikh Tamim ben Hamad al Thani participe au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) au palais Bayan à Koweït City, le 5 décembre 2017. (Crédit : GIUSEPPE CACACE/AFP/Getty Images)

Les deux hommes ont été détenus dans un centre de quarantaine avant d’être diagnostiqués avec la maladie et ont ensuite été transférés dans un hôpital de campagne au poste-frontière de Rafah avec l’Égypte, a rapporté dimanche à la presse Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Vingt-neuf personnes qui se sont approchées des deux patients, dont deux hauts responsables des forces de sécurité dirigées par le Hamas, ont été placées en isolement, a fait savoir M. Qidra.

Interrogé pour savoir si Gaza était prête à faire face à une épidémie, Gerald Rockenshaub, le chef de la mission de l’Organisation mondiale de la santé auprès des Palestiniens, a déclaré que le territoire « est un environnement difficile et très peuplé ».

« Les déterminants sociaux de la santé ne sont pas bons ici. Il y a donc un certain nombre de personnes qui sont en danger à cause des mauvaises conditions de vie et il y a partout des pénuries de médicaments, d’électricité et de fournitures », a-t-il souligné dimanche, devant le ministère de la Santé à Gaza. « Nous essayons d’y remédier, mais c’est un environnement très difficile ».

Le blocus israélien sur Gaza et celui de l’Égypte, ont considérablement affaibli le secteur de la santé dans le territoire.

Les responsables israéliens clament que le blocus, une série de restrictions à la circulation des biens et des personnes, est en place pour empêcher le Hamas et d’autres groupes terroristes d’importer des armes, ou des moyens de les fabriquer, dans l’enclave.

M. Rockenschaub a également déclaré qu’un soutien accru de la communauté internationale était nécessaire pour aider Gaza à éviter la contagion. Il a spécifiquement noté que le territoire a besoin de kits de diagnostic supplémentaires, d’équipements de protection pour les professionnels de santé et de « fournitures et équipements médicaux pour augmenter les capacités de prise en charge ».

Vendredi, Jamie McGoldrick, le coordinateur spécial adjoint des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a indiqué avoir débloqué un million de dollars pour soutenir les efforts de lutte contre le virus à Gaza ainsi qu’en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...