Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Le Qatar reconsidère son rôle de médiateur dans les négociations

Le Premier ministre qatari affirme que l'État du Golfe est victime de politiciens anonymes qui "essaient de mener des campagnes électorales en faisant du tort à Doha"

Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, l'émir Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, donnant une conférence de presse avec son homologue turc, à Doha, le 17 avril 2024. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)
Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, l'émir Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, donnant une conférence de presse avec son homologue turc, à Doha, le 17 avril 2024. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)

Le Qatar est en train de réévaluer son rôle de médiateur entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas après avoir essuyé des critiques, a déclaré mercredi son Premier ministre.

« Le Qatar est en train de réévaluer complètement son rôle », a déclaré le Premier ministre Mohammed ben Abdulrahman ben Jassim al-Thani lors d’une conférence de presse à Doha.

« Il y a une exploitation et un abus du rôle du Qatar », a-t-il affirmé, ajoutant que le Qatar avait été victime d’un « pointage » de la part de « politiciens qui essaient de mener des campagnes électorales en faisant du tort à l’État du Qatar ».

Al-Thani n’a pas cité de noms d’hommes politiques.

Le Qatar, les États-Unis et l’Égypte sont engagés depuis des semaines dans des négociations en coulisses visant à obtenir une trêve à Gaza – où Israël et le Hamas s’affrontent depuis plus de six mois après l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien sur le sud d’Israël le 7 octobre – ainsi que la libération des 129 otages israéliens toujours détenus par les groupes terroristes gazaouis.

Les médiateurs espéraient parvenir à un accord avant le début du ramadan, mais les progrès se sont interrompus à plusieurs reprises sans qu’il y ait eu de cessation des hostilités au cours du mois de jeûne, qui s’est achevé la semaine dernière.

L’émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani (au centre) le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) et le chef du Hamas, Khaled Meshaal, arrivant pour signer un accord, à Doha, au Qatar, le 6 février 2012. (Crédit : Osama Faisal/AP)

Plus tôt dans la journée de mercredi, al-Thani a déclaré que les négociations étaient au point mort.

« Nous traversons une phase délicate avec des blocages, et nous essayons autant que possible d’y remédier », a déclaré le Premier ministre qatari. Le Qatar, qui accueille les dirigeants du bureau politique du Hamas depuis 2012 à la demande des États-Unis, a repoussé les critiques fréquentes d’Israël sur sa médiation, y compris de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

En décembre, al-Thani a déclaré au chef de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, qu’il n’était pas enclin à accéder aux demandes israéliennes d’aide à la reconstruction de Gaza, compte tenu de la façon dont Jérusalem avait traité le Qatar tout au long de la guerre.

Il a déclaré à Barnea que le Qatar souhaitait voir un changement significatif dans le comportement d’Israël à l’égard du Qatar, en citant plusieurs exemples au cours de la guerre où, selon lui, des infrastructures financées par Doha à Gaza avaient été prises pour cible à tort.

Il s’est également inquiété d’une affirmation faite à maintes reprises par Netanyahu, selon laquelle le Qatar n’a pas suffisamment fait pression sur le Hamas dans le cadre des négociations sur les otages – une affirmation que Doha rejette et qui a également été reprise par certains législateurs américains.

Mardi, l’ambassade du Qatar à Washington a publié une déclaration réprimandant le législateur démocrate Steny Hoyer pour avoir appelé le Qatar à faire pression sur le groupe terroriste palestinien afin d’obtenir la libération des otages.

Hoyer a également appelé les États-Unis à « réévaluer » leurs relations avec le Qatar, affirmant qu’ils devaient menacer le Hamas de répercussions si le groupe terroriste « continuait à bloquer les progrès vers la libération des otages et l’instauration d’un cessez-le-feu temporaire », faisant ainsi écho à une demande constante d’Israël.

Les craintes de voir le conflit qui dure depuis des mois à Gaza déboucher sur une guerre régionale se sont accrues après la première attaque directe de l’Iran contre Israël au cours du week-end, au cours de laquelle le pays a lancé quelque 350 drones et missiles d’attaque, dont la plupart ont été interceptés.

Le Premier ministre qatari a déclaré que Doha avait « mis en garde dès le début de cette guerre contre l’expansion du cercle des conflits, et aujourd’hui nous voyons des conflits sur différents fronts ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar Mohammed ben Abdulrahman al-Thani se serrant la main après leur conférence de presse commune, à l’annexe Diwan, à Doha, au Qatar, le 6 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP/Pool)

« Nous appelons constamment la communauté internationale à assumer ses responsabilités et à mettre fin à cette guerre », a-t-il ajouté, accusant la population de Gaza d’être « assiégée et affamée », l’aide humanitaire étant utilisée comme un « outil de chantage politique ».

Israël entretient depuis longtemps des relations complexes avec le Qatar, qui est devenu l’un des premiers pays arabes à établir des liens commerciaux avec Jérusalem en 1996. Bien que ces relations aient été rompues plus de vingt ans plus tard lors de la guerre de Gaza de 2009, Israël a demandé au Qatar, au fil des ans, de faire don de centaines de millions de dollars pour financer des projets humanitaires à Gaza ainsi que les salaires des fonctionnaires de la bande de Gaza.

Les critiques ont mis en garde contre le fait que les fonds qataris ont contribué à renforcer le Hamas au détriment de l’Autorité palestinienne (AP), plus modérée, et ont permis à Doha de prendre pied dans l’enclave en soutenant un groupe terroriste auquel s’opposent les alliés arabes d’Israël.

La guerre entre Israël et le Hamas a commencé par l’assaut choc du groupe terroriste palestinien le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes ont envahi le sud d’Israël, tuant près de 1 200 personnes et s’emparant de 253 civils.

Israël a répondu à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah par une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza visant à anéantir le Hamas, à mettre fin à son règne de seize ans à Gaza et à libérer tous les otages.

Plus de 33 900 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Deux cent soixante soldats de Tsahal ont été tués depuis qu’Israël a lancé son incursion terrestre pour détruire le Hamas et récupérer les otages, dont 129 se trouvent encore à Gaza, certains étant décédés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.