Rechercher

Le Qatar reprend la distribution d’aides aux nécessiteux de Gaza

L'argent est distribué via les supermarchés, les bureaux de change et autres magasins ; aucun accord n'a été trouvé pour le paiement des salaires des fonctionnaires

Un Palestinien reçoit une aide financière versée par le Qatar dans un supermarché de Gaza City, le 15 septembre 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un Palestinien reçoit une aide financière versée par le Qatar dans un supermarché de Gaza City, le 15 septembre 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le Qatar a recommencé à distribuer ses aides financières à Gaza, mercredi, pour la toute première fois depuis le conflit qui a opposé au mois de mai Israël et les groupes terroristes du territoire, par le biais d’un nouveau mécanisme qui n’intègre plus l’entrée des liquidités qataries dans des valises.

L’agence de presse officielle du gouvernement dirigé par le Hamas a précisé que l’argent était distribué actuellement dans les supermarchés, dans les bureaux de change et autres magasins dans le cadre d’un processus qui va se dérouler au cours des prochains jours.

Les Nations unies ont indiqué ce financement était à hauteur de 40 millions de dollars.

Cette aide entre dans le cadre d’une trêve informelle qui a été négociée par l’Égypte et par l’ONU ces dernières années. Elle prévoit que le Hamas, à la tête de Gaza, maintiendra le calme en échange d’un allègement du blocus imposé par Israël et l’Égypte depuis la prise de contrôle violente par le groupe terroriste de l’enclave côtière, qui se trouvait alors entre les mains du Fatah. Israël considère ce blocus comme nécessaire pour limiter les capacités d’armement de l’organisation terroriste.

Israël a permis à des millions de dollars d’aides qataries d’entrer par ses postes-frontières dans la bande depuis 2018 pour tenter de conserver un cessez-le-feu fragile avec le Hamas. Début 2021, environ 30 millions de liquidités ont été livrées dans des valises à Gaza, tous les mois.

Depuis le conflit d’onze jours au mois de mai, l’État juif a bloqué ces paiements et imposé des restrictions renforcées sur l’enclave.

Cette politique de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu avait entraîné la controverse en Israël, les critiques accusant le gouvernement de céder aux pressions exercées par le Hamas. Le nouveau Premier ministre Naftali Bennett avait promis, au mois de juin, de mettre fin à cette pratique.

Un Palestinien reçoit une aide financière dans un supermarché de Gaza City, le 15 septembre 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’aide qatarie est distribuée à environ 100 000 familles nécessiteuses et doit également servir à payer les salaires des fonctionnaires du Hamas. Aucun accord n’a encore été trouvé concernant la rémunération des employés du gouvernement.

Le nouveau gouvernement avait vigoureusement critiqué la politique mise en place par Benjamin Netanyahu qui avait consisté à autoriser l’entrée « de valises pleines de billets » pour rémunérer les fonctionnaires du Hamas.

Depuis, Bennett et d’autres hauts-responsables israéliens ont promis de manière répétée que cette politique serait définitivement abandonnée, assénant « qu’on ne reviendra pas à ce qui était auparavant ».

Un Palestinien reçoit une aide financière dans un supermarché de Gaza City, le 15 septembre 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

« Il n’y aura aucun retour au cadre antérieur », a encore répété le bureau de Bennett dans un communiqué émis dimanche.

Mais le communiqué n’a pas explicitement exclu l’usage des transferts de liquidités de manière générale, se contentant de rapporter que les responsables de la sécurité israéliens « examinent d’autres alternatives ».

« Quand un cadre satisfaisant sera trouvé – qui garantira que l’argent ne sera pas destiné à des activités terroristes – alors il sera présenté par le ministre de la Défense au Premier ministre », a indiqué le bureau de Bennett.

Suite à la guerre de Gaza au mois de mai, les Nations unies ont juré de travailler avec l’Autorité palestinienne, reconnue à l’international, pour la reconstruction de Gaza. Mais l’AP, confinée en Cisjordanie depuis la prise de pouvoir du Hamas au sein de l’enclave côtière, s’est finalement retirée de l’accord qui avait été conclu.

En résultat, les Nations unies ont annoncé, lundi, que les fonds qataris seraient distribués par le biais du même mécanisme utilisé par ses agences sur le territoire.

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...