Le recul des USA au Moyen-Orient n’a pas commencé avec les Kurdes, et continuera
Rechercher
Analyse

Le recul des USA au Moyen-Orient n’a pas commencé avec les Kurdes, et continuera

La décision de Trump de retirer ses troupes de Syrie signifie qu'Israël perd un allié clé dans la région, mais cela ne devrait pas être une surprise

Judah Ari Gross

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un soldat américain supervise des membres des Forces démocratiques syriennes alors qu'ils démolissent une fortification de combattants kurdes dans le cadre de ce qu'on appelle la "zone de sécurité" près de la frontière turque, le 21 septembre 2019. (Armée américaine/Sergent d'état-major Andrew Goedl via AP)
Un soldat américain supervise des membres des Forces démocratiques syriennes alors qu'ils démolissent une fortification de combattants kurdes dans le cadre de ce qu'on appelle la "zone de sécurité" près de la frontière turque, le 21 septembre 2019. (Armée américaine/Sergent d'état-major Andrew Goedl via AP)

La décision du président américain Donald Trump d’abandonner les partenaires kurdes de son pays en Syrie ne devrait pas être une surprise. Depuis plus d’un an et demi, il déclare haut et fort et explicitement son intention de le faire.

Certains ont peut-être été surpris par la façon apparemment non coordonnée et soudaine dont Trump a donné au dirigeant turc Recep Tayyip Erdoğan le feu vert de facto pour lancer une offensive contre les Forces démocratiques syriennes (FDS) à prédominance kurde dans le nord-ouest de la Syrie – une campagne qui, en un peu plus d’une semaine, a déjà tué des dizaines de personnes, principalement du côté kurde, et déplacé 150 000 autres.

Mais cette décision, aussi capricieuse et désorganisée qu’elle peut paraître, peut encore être considérée comme faisant partie d’une politique étrangère de la Maison-Blanche qui cherche à se désengager du Moyen-Orient, et ce même en arrêtant de soutenir les alliés kurdes qui combattent depuis des années avec les troupes américaines contre le groupe terroriste Etat islamique.

La dernière initiative de Trump constitue une étape importante dans le cadre d’un désengagement continu de la région, un changement qui a commencé avant l’administration actuelle et dont les effets se feront sentir bien avant la prochaine, peu importe qui occupera le bureau ovale.

Pour Jérusalem, cela pourrait signifier la perte d’un allié clé dans la région et dans la lutte contre l’Iran et ses mandataires. Pour combler le vide laissé par l’Amérique, la Russie, qui est beaucoup moins sympathique envers Israël, place ce dernier sur une base stratégique beaucoup plus pauvre.

La manière précipitée dont ce retrait américain a été mené devrait également être un atout majeur pour l’Etat islamique, permettant à ses membres capturés dans les prisons gérées par les FDS de fuir dans le chaos et de se regrouper ailleurs, afin qu’ils puissent poursuivre leur combat et continuer à servir de force déstabilisatrice dans la région pour les années à venir.

Un soldat américain sur le toit d’un véhicule blindé lors d’une manifestation des Kurdes syriens contre les menaces turques à côté d’une base de la coalition internationale dirigée par les États-Unis à la périphérie de la ville de Ras al-Ain dans la province syrienne de Hasakeh, près de la frontière turque, le 6 octobre 2019. (AFP)

Longue période à venir

M. Trump n’a laissé aucun doute sur ses intentions de retirer les troupes américaines de Syrie avant son appel téléphonique avec Erdoğan la semaine dernière, au cours duquel il a déclaré que les soldats américains n’interviendraient pas dans l’offensive militaire turque contre l’ancien partenaire des États-Unis, les FDS, dans le nord du pays.

Depuis mars 2018, Trump a déclaré son intention de retirer toutes les troupes américaines de ce pays déchiré par la guerre civile.

« Nous allons bientôt sortir de Syrie. Laissons les autres s’en occuper maintenant. Très bientôt. Très bientôt, nous allons sortir », a dit M. Trump lors d’un discours prononcé dans l’Ohio ce mois-là.

Ce sentiment a été réitéré par les responsables de la défense américaine en avril 2018 et a été déclaré explicitement comme étant une politique six mois plus tard.

« Nous avons vaincu ISIS en Syrie, la seule raison pour laquelle nous y étions pendant la présidence Trump », a écrit le président américain dans un tweet en décembre 2018, en utilisant un acronyme pour le groupe de l’Etat islamique.

Alors que de nombreux analystes du Moyen-Orient ont contesté les affirmations du président américain concernant la défaite de l’Etat islamique – bien que le groupe ait perdu du territoire, il a conservé beaucoup de ses combattants et la capacité de mener des attaques, et représente donc toujours une menace importante – le désir de Trump de retirer les troupes n’a pas diminué, même s’il a cédé en décembre et accepté de laisser certaines troupes en place pendant un certain temps.

Ce recul s’inscrit dans le cadre d’une promesse plus large faite par Trump lors de la campagne présidentielle de 2016 de mettre fin à ce qu’il appelle les « guerres sans fin » des États-Unis – un terme souvent utilisé pour désigner les conflits américains en Afghanistan et en Irak.

L’opposition à l’utilisation de la force militaire au Moyen-Orient se manifeste également dans les représailles limitées, voire inexistantes, des États-Unis aux attaques présumées de l’Iran contre des alliés américains dans le golfe Persique, notamment contre l’installation pétrolière Aramco de l’Arabie saoudite le mois dernier.

Des familles syriennes fuyant la zone de combat entre les forces dirigées par la Turquie et les combattants kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans et autour de la ville de Ras al-Ain, au nord de la frontière avec la Turquie, le 15 octobre 2019. (Delil SOULEIMAN/AFP)

Ce retrait américain de la Syrie et du Moyen-Orient en général prive Israël d’un allié clé qui aurait au moins pu contenir l’Iran. Ces dernières années, l’Iran s’est installé militairement en Syrie, y établissant des bases et des milices par procuration qui pourraient être utilisées pour menacer l’État juif.

Israël a combattu cet effort de Téhéran par des frappes aériennes sur des actifs iraniens en Syrie et, selon certaines informations, également en Irak. Bien que Jérusalem ait largement mené cette campagne toute seule, une sortie totale des États-Unis de Syrie – et avec elle l’appareil opérationnel et de renseignement que les Américains pourraient utiliser pour aider Israël – rend cette tâche beaucoup plus difficile.

Pour l’instant, selon les médias américains, les Etats-Unis maintiendront un petit contingent à al-Tanf, à la frontière syro-irakienne, un déploiement considéré comme essentiel pour empêcher Téhéran de créer un « corridor terrestre » de l’Iran au Liban et à la mer Méditerranée en passant par l’Irak et la Syrie.

Cependant, en tant que seule garnison en Syrie, il n’est pas clair dans quelle mesure ces troupes américaines seront efficaces pour contrer les efforts de l’Iran.

L’avant-poste militaire américain al-Tanf dans le sud de la Syrie, le 22 octobre 2018. (Crédit : AP/Lolita Baldor)

La Russie comble le vide

Le refus des États-Unis de s’engager avec la Syrie et sa guerre civile sanglante n’a pas commencé avec Donald Trump, mais plutôt avec son prédécesseur Barack Obama. En 2013, M. Obama a renié sa promesse de répondre à toute utilisation d’armes chimiques par le dictateur syrien Bashar el-Assad, renvoyant la balle au Congrès américain pour approuver une telle action militaire en Syrie, sachant pertinemment que cela ne se ferait pas.

Selon de nombreux analystes et responsables de la défense, la décision d’Obama de ne pas répondre à une violation de sa « ligne rouge » a ouvert la voie à l’entrée de la Russie dans le conflit et à son accession au rang de superpuissance dominante dans la guerre civile.

Cette tendance de la Russie à combler le vide laissé par les Etats-Unis, qui dure depuis des années, s’est littéralement manifestée cette semaine dans la ville de Manbij, où l’armée américaine a gardé plusieurs postes avancés depuis 2017.

Les soldats américains ont quitté la zone rapidement cette semaine, après l’annonce de Trump. Peu de temps après, des soldats russes se sont rendus dans la région, emmenant avec eux des journalistes russes qui ont filmé les avant-postes abandonnés à la hâte.

Une vidéo mise en ligne par le site d’information pro-Kremlin Anna a montré les détritus laissés par le retrait soudain des Américains : des boîtes de chips Pringles, des exemplaires usagés de romans à succès, des boissons gazeuses.

La prise de contrôle par la Russie de l’influence américaine au Moyen-Orient n’est pas particulièrement bénéfique pour Israël, car Moscou n’a pas la capacité et la volonté de contrer les menaces qui pèsent sur l’État juif, notamment l’Iran et ses représentants.

Il est peu probable que cette tendance change dans un proche avenir, même si quelqu’un d’autre entre à la Maison-Blanche en 2020. En l’absence d’infrastructures ou de partenariats actifs en Syrie, l’Amérique se livrerait à une bataille difficile pour s’implanter stratégiquement dans le pays, ce qui serait probablement difficile à vendre au niveau national.

Il est donc probable qu’Israël poursuivra sa lutte contre l’Iran uniquement en Syrie, mais désormais avec moins de soutien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a peut-être vanté le potentiel d’un traité de défense mutuelle avec les Etats-Unis avant les élections du mois dernier, mais il a remis les pendules à l’heure la semaine dernière en ce qui concerne l’assistance militaire directe attendue par Israël.

« Comme en 1973, aujourd’hui nous apprécions aussi beaucoup le soutien important des Etats-Unis… En même temps, nous nous rappelons et appliquons toujours la règle fondamentale qui nous guide : Israël se protégera, tout seul, contre toute menace », a déclaré Netanyahu lors d’une cérémonie commémorative de la guerre de Kippour.

S’adressant au Times of Israel plus tôt cette semaine, Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale de Netanyahu, a expliqué que si Israël peut porter le fardeau sans une présence américaine en Syrie, ce retrait reste un coup dur pour les campagnes de Jérusalem contre l’Iran et ses objectifs de politique régionale en général.

« Non pas parce que nous ne pouvons pas nous défendre, mais parce que nous comprenons que le Moyen-Orient devra désormais [se débrouiller] sans influence, ou avec moins d’influence, de la part des Américains. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...